Une pétition lancée ces jours-ci a permis de sauver cette figure du quartier de Saint-Germain-des-Prés.

Il s'appelle Ali Akbar, il a 64 ans, c'est un petit bonhomme d'origine Pakistanaise au sourire lumineux et aux yeux rieurs. 44 ans qu'il vend ses journaux dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, dans les restaurants, les cafés... Libération et Charlie Hebdo à ses débuts, Le Monde et le JDD depuis plusieurs années.

Problèùe, il y a un peu plus d'un an, le Monde a déménagé ses entrepôts au nord est de Paris. Depuis c'était un ami d'Ali qui s'y rendait pour l'approvisionner. Mais le système est tombé à l'eau il y a deux mois, et Ali, sans ses journaux qui sont sa seule source de revenus, s'est retrouvé démuni.

C'était sans compter sur la mobilisation du quartier. Car Ali à St Germain des Prés est une star : il suffit de le suivre quelques minutes pour en être convaincu.

Et pour cet homme du 6ème arrondissement, une autre célébrité du quartier s'est mobilisée : Science Po

Plus exactement, la directrice de l'association des anciens élève de l'école, Anne-Sophie Beauvais. Elle a lancé une pétition sur internet la semaine dernière pour sauver Ali.

Et ça a marché : Veronique Sanson, Clothilde Coureau, Fleur Pellerin... En quelques jours plus de 7000 signatures ont été collectées. Et la direction du Monde a vite réagit : mardi, une solution a été trouvée, et Ali va pouvoir continuer à arpenter les rues de Saint-Germain-des-Prés.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.