Ferhat Bouda s ’intéresse principalement aux minorités : des Berbères aux peuples nomades comme les Touaregs, les Mongols. Brigitte Patient l'a rencontré à "Visa pour l'image"

Touda avec sa petite fille. Elle est venue rendre visite à sa sœur pour quelques jours. Tinfgam, dans le Haut Atlas, 2016
Touda avec sa petite fille. Elle est venue rendre visite à sa sœur pour quelques jours. Tinfgam, dans le Haut Atlas, 2016 © Ferhat Bouda

Ferhat Bouda est né en Kabylie. Adolescent, il se bat pour la reconnaissance de la langue berbère dans la Constitution algérienne.

Il fait des études de cinéma à Paris avant de se passionner pour la photographie.

Je voulais que que ma grand-mère puisse voir des films dans sa propre langue

Au coeur des années 2000 il s'installe à Franckfort. En 2005, la ville tente de chasser les punks des espaces publics, Ferhat utilise son appareil photo pour dénoncer cette situation. Depuis lors le photographe s ’intéresse principalement aux minorités et groupes marginaux et tente d’attirer l’attention sur les problèmes et les besoins de ces populations.

Ferhat Bouda © Kiên Hoàng Lê
Ferhat Bouda © Kiên Hoàng Lê

Exposition

Chaque année, à Perpignan, Visa Pour l'Image présente une sélection des meilleurs sujets photojournalistiques venus du monde entier.

Les berbères au Maroc, une culture en résistance - Ferhat Bouda
du 2 au 17 septembre - Chapelle du Tiers-Ordre à Perpignann

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.