Je suis en direct d'Houlgate pour la deuxième édition de ce festival "Les femmes s'exposent", du 7 juin au 31 août, seul rendez-vous de la photographie qui n'expose que les travaux de femmes photographes La photographe Florence Joubert est l'invitée de Regardez voir.

A Saint-Andrews Bay se trouve la plus grande colonie de manchots royaux de Georgie du Sud
A Saint-Andrews Bay se trouve la plus grande colonie de manchots royaux de Georgie du Sud © Florence Joubert

La photo de l'affiche du festival est signée de la photographe espagnole "Ouka Leele" (Agence VU). L'édito de la directrice de ce festival est assez clair :

"Nous sommes en 2019, et les photographes femmes sont loin d’accéder à une juste reconnaissance de leur travail. Depuis la première édition du festival, en 2018, des actions institutionnelles ou militantes ont fait bouger des lignes : le parcours ELLES X, à Paris Photo, à l’initiative du ministère de la Culture, ou le « Manifeste pour la Photographie » par le collectif #La PartDesFemmes. Les chiffres le prouvent, les femmes photographes existent mais ne sont pas vues. Nous pourrons toujours trouver des contre-exemples : plusieurs femmes photographes sont reconnues, comme Véronique de Viguerie qui a reçu récemment deux prix prestigieux. Mais c’est loin d’être suffisant. Nous devons nous sentir tous concernés. Je suis convaincue qu’il faut agir pour changer la situation, que le monde de la photo doit être plus novateur et progressiste, et aller chercher de manière volontariste les photographes femmes pour qu’elles puissent produire et développer leur travail. "

La photographie nous informe sur le monde, la diversité du regard est indispensable, c’est une responsabilité collective.

- Béatrice Tupin

Vous pouvez découvrir 14 photographes : Jane Evelyn Atwood (qui sera mon invitée le samedi 29 juin entre 14h et 15h) Florence Brochoire, Sophie Brändström, Florence Joubert, Anne Kuhn, Floriane de Lassée, Ouka Leele, Anne-Christine Poujoulat, Agathe Poupeney, Agathe Poupeney, Corinne Rozotte, Flore-Aël Surun, Joana Toro, Véronique de Viguerie.

Manufacture Barnardaud, porcelainier, Limoges, juillet 2012
Manufacture Barnardaud, porcelainier, Limoges, juillet 2012 / Sophie Brändström

Parce qu’on ne fait pas peur, on se permet souvent de nous insulter. Un CRS pendant les manifestations des "gilets jaunes" nous a traitées, une collègue et moi, de "sales putes". Les insultes sexistes, et sur notre physique, sont monnaie courante. On me dit régulièrement : "Avec votre physique, on a du mal à vous imaginer sur un terrain de guerre", comme s’il y avait un physique pour cela... Et lorsque l’on nous présente, on s’attarde sur notre apparence plutôt que sur notre travail. 

- Véronique de Viguerie sera mon invitée le 24 août dans Regardez Voir de 14H à 15h sur France Inter

Funérailles d'Herman Batbonton, Manille, oct. 2016
Funérailles d'Herman Batbonton, Manille, oct. 2016 / Veronique de Viguerie

15 expositions en extérieur dont une résidence, 4 prix qui récompenseront des travaux sur des thèmes variés, 2 projets pédagogiques, 2 soirées de projections, des tables rondes et des visites guidées, des signatures de livres organisées par la librairie La Comète, des lectures de portfolios.

Pour aller plus loin

Ce festival "les femmes s'exposent" rassemble tous les publics : presse, professionnels de l’image, amateurs, touristes et visiteurs de toute la France et d’ailleurs ainsi que les scolaires de la région.

Les femmes s'exposent
Les femmes s'exposent / Ouka Leele (Agence VU)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.