Le festival photo La Gacilly est ouvert du 1er juin au 30 septembre. Il faut au moins une journée pour découvrir les 26 expositions toutes gratuites et situées à l'extérieur dans l'espace public. Les pays de l'est sont à l'honneur cette année, ainsi que la planète rituellement auscultée dans ce festival.

Les dernières gueules noires de Pologne, Ornantowice, Pologne, 10.2018
Les dernières gueules noires de Pologne, Ornantowice, Pologne, 10.2018 © Kasia Strek / Item

Chaque année, le festival développe 2 thématiques : l’une géographique en proposant  des focus sur la création contemporaine propre à un pays ou un continent et l’autre, environnementale qui zoome sur une problématique liée à la protection de l’environnement. En 2019, la photographie des pays de l'est est à l'honneur : Josef Koudelka (République Tchèque), Alexander Rodchenko (Russie), Sergey Prokudin -Gorsky (Russie), Alexander Gronsky (Estonie) et bien d'autres (voir la programmation ci-dessous).

L'oeil révolutionnaire du constructivisme
L'oeil révolutionnaire du constructivisme / Alexander Rodchenko / Moscow Multimedia Art Museum

Je reçois Kasia Strek, jeune photographe polonaise née en 1989, qui présente "Les dernières gueules noires de Pologne", un sujet sur l’industrie minière qui a longtemps été considéré comme une fierté nationale dans ce pays d'Europe de l'Est. Une industrie aujourd’hui en déclin. Les mineurs sont de moins en moins nombreux, 100 000 contre 400 000 en 1990. Kasia Strek est partie explorer les réminiscences d’un monde en train de disparaître.

L'autre thématique est le devenir de la planète comme chaque année avec de nombreuses signatures : Maia Flore (France), Kadir Van Lohuizen (Hollande), Franck Seguin (France), Valerio Vincenzo (Italie), Juan Manuel Castro Prieto
(Espagne), Guillaume Herbaut (France), Axelle de Russé (France) ÉRIC GARAULT (France).

Harmonies, France, août 2010
Harmonies, France, août 2010 / Maia Flore / Agence VU'

Les nouveaux talents de demain sont aussi présents grâce au partenariat mené avec le magazine Fisheye qui met en exergue les nouvelles écritures photographiques autour de la thématique Nouvelles frontières. Les photos de Charles Delcourt, Marine Lécuyer et Julien Mauve, lauréats de cette 4e édition, sont à découvrir.

Une seule exposition est en intérieur, celle d’Alexander Rodchenko, présentée à La Maison de la Photographie, est accessible tous les jours sans exception de 10h à 18h

Pour aller plus loin et découvrir toute la programmation

Le festival photo la Gacilly

Le magazine Fisheye

Le festival de la Gacilly
Le festival de la Gacilly / Dominique Rolland
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.