Rencontre avec les photographes espagnoles Isabel Munoz et Andrea Santolaya, ainsi qu'avec Qian Haifeng, photographe chinois qui documente "The Green Train" depuis une dizaine d'années, moyen de transport des classes populaires dans le nord-est de la Chine.

"The Green Train" photographié par Qian Haifeng
"The Green Train" photographié par Qian Haifeng © Qian Haifeng

Trois invités au programme de cette émission, rencontrés au Merignac Photographic Festival au mois d'octobre 2017. 

Qian Haifeng

Photographe chinois au parcours atypique, Qian Haifeng travaille d'abord comme électricien dans un hôtel, il a commencé la photographie en 1995 à la naissance de sa fille. Depuis dix ans, il photographie les passagers du "Train Vert"... C'est le transport en commun le plus économique en Chine, emprunté par les classes populaires. Ce sont des trains très lents, sans air conditionné ni chauffage en hiver. Qian Haifeng photographie les petites sociétés qui se forment à l'intérieur des wagons. Les jeunes paysans qui utilisent ce train pour aller en ville trouver un travail, les agriculteurs qui vont au marché ventre leurs productions... 

Photo de Qian Haifeng dans le Train Vert
Photo de Qian Haifeng dans le Train Vert / Qian Haifeng
Le Train vert
Le Train vert / Qian Haifeng

Plus de 130 000 km parcourus en dix ans à bord de ce train.... « J’aimerais consacrer ma vie à documenter la vie des paysans chinois. J’aimerais partager ces photographies aux yeux de tout le monde pour qu’on jette un regard sur la vie des paysans. »

Je crée un lien social avec les gens que je photographie. nous partageons le même statut social. Nos cœurs sont liés.

Isabel Munoz

Isabelle Munoz : "On voit deux bonobos qui s'embrassent, comme nous nous embrassons. Quand j’ai vu cette image, je me suis dit  « Vraiment ils sont comme nous; ils ferment les yeux pour pouvoir sentir l’autre. » "
Isabelle Munoz : "On voit deux bonobos qui s'embrassent, comme nous nous embrassons. Quand j’ai vu cette image, je me suis dit « Vraiment ils sont comme nous; ils ferment les yeux pour pouvoir sentir l’autre. » " / Isabelle Munoz

Isabel Munoz parle la langue des humains autant que celle des animaux. Elle a photographié les orangs-outans à Bornéo, les Bonobos au Congo.

Cette photo est extraite de la série "Album de famille", consacrée aux grands singes. 

"Cette série  vient de ma passion pour la photographie, j’ai toujours photographié l’être humain avec cette recherche de "Où nous venons". Le vrai lien, le premier lien, ce sont les grands singes. J’ai découvert tellement de choses de nous à travers eux."  

Andrea Santolaya

"Merak (Ursae Majoris). Omaira Medina" (2012). Photo extraite de la série Waniku, "Où l'eau gronde".
"Merak (Ursae Majoris). Omaira Medina" (2012). Photo extraite de la série Waniku, "Où l'eau gronde". / Andrea Santolaya

"Waniku ça veut dire "la lune" : un astre qui tourne et fait un cercle, c’est la vie et la mort en meme temps."

Aller plus loin

Le site d'Isabel Munoz 

Le site d' Andrea Santolaya 

Le catalogue de l’exposition qui a eu lieu à Madrid, L’anthropologie des sentiments est édité par The Red eye.

Actualités

Isabel Munoz sera exposée dans la prochaine éditions du festival Planche(s) Contact à Deauville, du 20 octobre au 25 novembre 2018   

Ainsi qu'à Paris, à la Galerie  Esther Woederhoff Gallery, du 18 octobre au 24 novembre 

Programmation musicale

  • Li Xiang-Iuan, « Plum Blossom » 
  • Juliette Armanet  « la carte postale »  
  • Jain, « Alright »
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.