Frédéric Noy photographie les minorités sexuelles persécutées en Afrique de l’Est. Une photographie militante dans ces régions où les communautés LGBTI sont menacées.

Autoportrait
Autoportrait © Frédéric Noy

Frédéric Noy

Ses récits photographiques s’attardent sur les creux de l’actualité, et sur l’existence de populations prises dans l’engrenage de conflits ou socialement exclues et stigmatisées.

Eléments de parcours

Né en 1965[, Frederic NOY](https://www.fredericnoy.com/ ) est un photographe indépendant représenté et distribué par l’agence Cosmos. Son travail principalement centré sur l’Afrique décrit un continent en construction. Sa démarche photographique basée sur une approche documentaire privilégie la chronique comme mode narratif. Successivement basé en Tanzanie, au Nigeria, au Soudan, au Tchad et maintenant en Ouganda, ses récits photographiques s’attardent sur les creux de l’actualité, sur des histoires anodines, délaissées et sur l’existence de populations prises dans l’engrenage de conflits ou socialement exclues et stigmatisées. En mars 2011, il part en Lybie et est un des seuls journalistes à documenter la vie des émigrés économiques noirs africains terrés à Benghazi, en butte aux exactions d’une partie de la population. Ses reportages projetés régulièrement à Visa pour l’Image, paraissent ces dernières années, dans de nombreuses publications. Photographe engagé, il témoigne du sort de populations vulnérables notamment en Afrique en collaborant régulièrement avec des Organisations Internationales telles UNHCR – l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, l’UNICEF et des ONG. Il est représenté par l'agence [Cosmos](http://Agence Cosmos).

  • Ekifire, son travail sur les minorités sexuelles africaines lui a valu le 3ème prix dans la catégorie Insider/Outsider du Pride Photo Award

Ekifire cela veut dire « Ce qui est cassé », ou « demi-mort » en langue ougandaise… J’ai emprunté ce mot méprisant au président ougandais, dans une intention critique. Frédéric Noy

PHOTOS CHOISIES

B. dans la maison qu'il loue dans un quartier de Bujumbura. Chassé de chez lui par son père, il coud pour subvenir à ses besoins. A la mort de sa mère, son père lui dit : "Dans la famille on n’a jamais vu d'homo. Va déterrer ta mère pour lui demander qui est ton véritable père."

B. coud pour subvenir à ses besoins
B. coud pour subvenir à ses besoins © Frédéric Noy

Malgré la douleur que cela lui inflige, tous les matins dans sa chambre, dans la banlieue de Kampala, M., transgenre né femme, comprime sa poitrine au moyen d’une bande, pour avoir l’apparence d’un homme.

M., transgenre né femme, comprime chaque matin sa poitrine
M., transgenre né femme, comprime chaque matin sa poitrine © Frédéric Noy

Un jeune gay dort dans la maison d’un ami, une pièce dans une quartier excentré de Kampala. Il vient de Mbarara où il a échappé de peu à la mort. Sur chacune de ses épaules, on peut voir des cicatrices, traces des coups reçus lors du lynchage par une foule en furie. Les perpétrateurs ont utilisés des planches du bout desquelles dépassaient de longs clous. Il porte d’autres cicatrices sur les jambes. Depuis il se terre et est finalement parvenu à quitter le pays

Un jeune gay dort dans la maison d’un ami
Un jeune gay dort dans la maison d’un ami © Frédéric Noy

Durant la parade de la Gay Pride 2015, juchée sur un camion, Kasha Jacqueline Nabagesera (gauche), surnommée la « Mère Fondatrice » du mouvement des Droits Civils des LGBTI ougandais, danse. Elle milite depuis 1999 année de ses 19 ans.

Kasha Jacqueline Nabagesera milite depuis 1999
Kasha Jacqueline Nabagesera milite depuis 1999 © Frédéric Noy

DOCU

Le documentaire de frédéric NOY : "la vie malgré tout" de 26 minutes sur la situation des LGBTI au Burundi, (produit en 2012, 2013) est le point de départ de la série Ekifire.

Suivez Frédéric Noy sur Instagram

Regardez voir aussi

  • Stephane Couturier expose à la Galerie Particulière et publie un beau livre chez Xavier Barral "Stéphane Couturier". C’est la première monographie de Stephane Couturier, on parcourt l’ensemble de son œuvre, les usines, les villes et son dernier travail "Alger Climat de France" pour lequel nous l'avions reçu dans Regardez voir

  • L’association GENS d’Images vous propose d’assister à son prochain atelier sur le thème « La photographie sociale, Une photographie engagée" avec les photographes Vivianne Dalles et Jean-Louis Courtisant.C’est à la Maison Européenne de la Photographie, le Jeudi 15 Décembre à 18h15. Des invités de Regardez voir à retrouver dans les podcasts.

  • A voir à l’hôtel de Caumont, le centre d’art d’Aix en Provence : "Marylin, wanna be loved by you", 60 tirages issus de collections privées pour explorer la relation de Marylin avec la photographie et les photographes. A découvrir jusqu’au 1er Mai 2017.

  • Aller voir le très beau travail de Camille Vivier à la Villa Noailles jusqu’au 15 janvier, "Hiéroglyphes, Iles d’or". "Il est rare de photographier la jeunesse nue, Camille vivier le fait avec une grande élégance, en noir et blanc. Hiéroglyphes, autant de signes de la jeunesse dans l’espace de la ville très habilement photographiés ." Brigitte Patient

Programmation musicale

  • BALOJI : Spoiler 2016 Label : BELLA UNION / PIAS

  • THE XX: On hold, Label : BEGGARS

  • RADIOHEAD: No surprises, Label : PARLOPHONE
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.