Arles 2015, Les Rencontres de la photographie

6 jullet - 20 septembre

Les Rencontres d'Arles 2015
Les Rencontres d'Arles 2015 ©

Avec: Sam Stourdzé, Directeur des Rencontres d'Arles, Thierry Bouët "Affaires privées" (objets insolites vendus sur Le Bon Coin ) Xavier Barral et Christine Barthe, co-commissaires de l’exposition consacrée à Martin Gusindé (photo et anthropologie) et Ambroise Tézenas, pour l'exposition "Tourisme de la Désolation".

SAM STOURDZE

Directeur des Rencontres d’Arles.

Sam Stourdzé
Sam Stourdzé © Dallaporta

Eléments de parcours

Ancien pensionnaire de l’Académie de France à la Villa Médicis à Rome après des études d‘économie et d’histoire de l’art, Sam Stourdzé, aujourd’hui âgé de 41 ans, prend en 1996 la direction de la NBC Photographie et NBC Editions, deux structures dédiées à la production d’expositions et à l’édition de catalogues. Il conçoit et présente notamment les expositions Fellini, la Grande Parade au Jeu de Paume à Paris en 2011 et Chaplin et les images, couronnées de succès et présentées par la suite par une vingtaine d’institutions dans le monde entier. Il assume de 1999 à 2003 le commissariat général des expositions du Festival Rendez-Vous de l’Histoire à Blois, puis la direction des activités culturelles à la Fondation Henri-Cartier Bresson de 2005 à 2010. De surcroit, il a été commissaire de nombreuses expositions, plus d’une vingtaine.

Nommé directeur du Musée de l’Elysée à Lausanne en 2010, Sam Stourdzé assure avec succès la direction artistique, administrative et financière de l’institution. Il initie de grandes expositions internationales favorisant une relecture de l’histoire de la photographie et accompagne des photographes dans la production de leur projet. Il mène également une politique originale d’enrichissement des collections, notamment par la création de la Fondation René Burri, et d’édition en créant le magazine ELSE, conçu comme une dialogue entre l’artistique et le vernaculaire, l’historique et le contemporain.

Arles est la plateforme idéale pour inventer et expérimenter . Sam Stourdzé

Livre

Catalogue rencontres 2015
Catalogue rencontres 2015 ©

Nouvelle et 46ème édition des Rencontres d'Arles, destinées à transmettre le patrimoine photographique mondial et à mettre en valeur la création contemporaine.

Cette année, la photographie fera des incursions dans le monde de la musique, du cinéma, de l’architecture, réaffirmant avec malice qu’elle se trouve bien souvent là où on ne l’attend pas ! Au visiteur ensuite de faire son expérience, de construire son propre parcours.

Sam stourdzé

Thierry Bouët

T Bouet par Carl Dinner
T Bouet par Carl Dinner ©

Eléments de biographie

Thierry Bouët débute comme photographe de mode puis travaille comme directeur artistique du studio Harcourt. Il entame alors une collaboration avec différents journaux dont Vogue, Elle USA, Marie-Claire,Vanity Fair ou encore Libération . En marge de ses collaborations avec la presse, il réalise des séries en photographiant des humains appartenant à des communautés qui s'ignorent. Il photographie ainsi : Les gens qui vivent à l’hôtel (Hôtels particuliers , Editions Smithsonian, 1999), les femmes qui choisissent les petites annonces pour trouver l’homme idéal (Chasse à lhomme , Éditions Alternative, 2003) ; des personnalités pour qui le lit occupe une place extraordinaire (Des lits, Éditions Aubanel, 2007) ou encore, des portraits de nouveau-nés durant les premières minutes de leur vie (Première Heure 2008).

Par ailleurs, il écrit depuis 25 ans à son meilleur ami des cartes postales qu'il réalise lui-même. Ces cartes postales ont été projetées sous la forme d'un documentaire au Musée de l’Elysée, à Lausanne, dans le cadre de l’édition 2014 de la Nuit des Images. Il envoie désormais des cartes postales au Prince George d'Angleterre.

Thierry Bouët a été nommé Chevaliers des Arts et des Lettres en 2011.

Photo choisie :

1/ Piscine hors sol100 € • Eygalières • À vendre piscine hors sol avec filtre. 10 m × 4 m, 110 cm de hauteur. À démonter par le preneur.

piscine hors sol T Bouet
piscine hors sol T Bouet © Piscine hors sol 100 € • Eygalières • T Bouet

Lorsqu’un matin de juillet les enfants de la maison se réveillent, ils découvrent une piscine dans le jardin. Leur grand-père prépare son coup depuis des mois.

Même dans leurs rêves les plus fous, ils n’avaient jamais imaginé se baigner dans autre chose que les bassins à vin de la maison. Ils ont paressé tout l’été dans l’eau puis tous les étés suivants. Aujourd’hui, leur mère finance une piscine en coque polyester semi-enterrée. Le terrain sera retourné pour enfouir ce qu’ils appellent une vraie piscine.

.

EXPOSITION

Affaires privées

Commissaire : Sam Stourdzé.Du 6 juillet au 20 septembre

Grande Halle, Parc des Ateliers, Arles

LIVRE

  • Affaires privées , Thierry Bouët, parution le 8 juillet 2015, éditions Xavier Barral
affaires privées T Bouet
affaires privées T Bouet ©

Spécialiste du portrait, Thierry Bouët s’intéresse cette fois-ci au site de petites annonces Le Bon Coin . À travers 60 photographies, Thierry Bouët dresse un tableau fascinant et amusé de notre société de consommation où tout est à vendre !

Cet ouvrage accompagne l’exposition éponyme présentée cet été aux Rencontres d’Arles, sous le commissariat de Sam Stourdzé

Ambroise Tézenas

Ambroise Tézenas
Ambroise Tézenas ©

Eléments de parcours

Né en 1972 à Boulogne-Billancourt, Ambroise Tézenas vit et travaille à Paris. Diplômé de l’ Ecole d'Arts Appliqués de Vevey (Suisse) en 1994, il s’installe à Londres puis à Paris où il collabore avec la presse française et internationale.

Sa première monographie, Pékin, théâtre du peuple (Actes Sud, 2006), remporte la 13e édition du European Publishers Award for Photography (EPAP). Collaborateur régulier depuis 2007 du New York Times Magazine, Ambroise Tézenas est représenté en France par laGalerie Mélanie Rio.

Photo choisie

Visite des ruines du tremblement de terre du Wenchuan dans la province du Sichuan

Ambroise Tezenas Visite des ruines du tremblement de terre du Wenchuan
Ambroise Tezenas Visite des ruines du tremblement de terre du Wenchuan ©

Nous arrivons dans la ville de Yingxiu où vous pouvez photographier le collège environ 53 morts et l'école primaire environ 250 morts

EXPOSITION

Tourisme de la désolation

I was here, Dark tourism

Grande Halle, Parc des Ateliers, Arles

du 6 juillet au 20 septembre.

Je photographie à la chambre en paysage, pour trouver la distance juste .

Ambroise Tézenas a photographié un peu partout dans le monde, les lieux de désolation accessibles aux touristes où les séquelles de l’horreur étaient restés visibles. Du village martyr d’Oradour-sur-Glane, en passant par le musée d’Auschwitz-Birkenau, la ville de Pripyat (proche de Tchernobyl), le musée du génocide cambodgien, le mémorial du génocide rwandais ou les ruines du tremblement de terre du Sichuan en Chine…

Des rangées de crane et d’os alignés dans les mémoriaux des génocides aux cahiers d’écoliers abandonnés sur les pupitres de la ville de Pripyat …Le travail du photographe explore à juste distance un sentiment ambigu ou fascination et horreur se mêlent. Certains de ces lieux, comme la prison de Karosta en Lettonie, se sont convertis en parc d’attraction proposant diverses distractions à ses visiteurs, l’attraction « Derrière les barreaux » ou encore « nuit extrême », promesse d’une nuit riche en sensations…

Ambroise Tézenas a voulu vivre l’expérience à l’identique d’un touriste lambda, il s’est imposé avec rigueur ce principe : ne pas avoir de passe-droit et ne photographier que ce qui est donné à voir. Pour accompagner ses images, il reproduit tels quels les textes liés à la documentation proposée aux visiteurs de ces sites.

Ses images invitent à une réflexion sur la fragilité de la vie… elles éclairent en même temps notre passé et notre présent et notre curieux rapport au mal, à la tragédie, à l’inéluctabilité de la mort » John J. Lennon Professeur de tourisme au centre Moffat qui a inspiré le travail de Thezenas. ### LIVRE

tourisme de la désolation actes sud
tourisme de la désolation actes sud ©

Le tourisme noir est un phénomène qui se développe et tend à devenir un nouveau marché pour certains professionnels du voyage. Tremblements de terre, tsunamis, accidents, catastrophes industrielles, zones sinistrées constituent autant de “destinations” et de sites dont la découverte est à même de combler la curiosité ambiguë d’un nombre croissant d’amateurs. S’interrogeant sur cette réalité, et cherchant à en saisir les différents aspects, le photographe Ambroise Tézenas a entrepris un travail d’enquête dont il a établi le protocole avec le Pr J. J. Lennon de l’université de Glasgow, spécialiste des problématiques de l’industrie du tourisme.

Martin Gusindé, par Xavier Barral et Christine Barthe

Eléments de parcours de Martin Gusindé

Prêtre allemand, Martin Gusinde (1886-1969) enseigne l’histoire naturelle au lycée allemand de Santiago et se passionne pour les sciences humaines, l’archéologie et l’anthropologie.

Il accomplit son premier voyage en Terre de Feu, au Chili en 1918. Dans un engagement très personnel, il entreprend alors d’étudier et de photographier de façon très complète les populations de la pointe du continent américain et s’immerge en profondeur au sein de ces sociétés. Au fil de quatre voyages, il recueille la parole des Selk’nam, Yamana et Kawésqar, le missionnaire devient ethnologue.

Fasciné par ce qu’il voit, il va réaliser plus d’un millier de photographies, toutes produites avec une chambre photographique portable.

Les portraits qu’il saisit constituent une sorte d’arbre généalogique et social.

Véritable monument à la mémoire des populations de Terre de Feu, les photographies de Gusinde constituent un témoignage unique.

Christine Barthe

Né en 1965 à Escanecrabe, en France, elle vit et travaille à Paris.

Christine Barthe est responsable de l’Unité patrimoniale des collections photographiques au musée du quai Branly à Paris. Elle est également en charge des acquisitions en photographie ancienne et contemporaine du Musée.

Commissaire d’exposition, elle a réalisé plusieurs expositions au musée du quai Branly, dont récemment : Nocturnes de Colombie, images contemporaines (2013-2014) et Patagonie, Images du bout du monde (2012).

Membre depuis 2007 du comité de programmation pour la biennale de photographie Photoqua i, elle était également la commissaire associée pour l’Amérique Latine aux biennales de 2007, 2009 et 2011.

Elle a publié de nombreux essais sur la photographie d’exploration au XIXe siècle ainsi que sur les usages historiques de la photographie pour l’anthropologie

Xavier Barral

Après des études de graphisme et de photographie à Paris, Xavier Barral devient tout d’abord photographe de presse , puis il collabore, en tant que directeur artistique, à plusieurs magazines. En 1992, il fonde, avec Annette Lucas et Stéphane Trapier, Atalante, une agence de création visuelle et de communication culturelle qui conçoit les identités de nombreuses institutions françaises dont l’Opéra de Paris, le théâtre du Rond-Point, la Fondation Cartier pour l’art contemporain, etc. Parallèlement, il collabore avec plusieurs maisons d’édition et signe pour le monde de l’art des livres et des catalogues d’exposition dont Doisneau/Renault , Atget-Paris , Andy Warhol, cinéma et Valparaiso de Sergio Larrain.

En 2002, il crée les Éditions Xavier Barral et publie des ouvrages abordant les formes nouvelles de la photographie, de l’art contemporain et des sciences. Chaque livre est un objet singulier où priment esthétique et choix graphiques . Parmi les ouvrages salués par la critique, D’après nature de Jean Gaumy (2010) et Vers l’Orient de Marc Riboud (2012) ont reçu le Prix Nadar, Anticorps d’Antoine d’Agata, le Prix du Livre d'Auteur des Rencontres d'Arles 2013, et plus récemment, SergioLarrain (2013) a reçu le Prix du Livre Krasna-Krausz 2014.

Photo choisie

Martin Gusinde Kʼterrnen, le bébé de lʼogresse Xalpe, est présenté aux femmes par le chaman Tenenesk. Cérémonie du Hain, rite Selkʼ nam, 1923

martin gusinde
martin gusinde ©

Saisis dans un paysage battu par les vents, la pluie ou couvert de neige, cadrés dans les attitudes codifiées du rituel, ces figures parées laissent entrevoir la richesse mythique de sociétés qui jusque-là étaient considérées comme peu dignes d’attention .

EXPOSITION

[L’esprit des hommes de la Terre de Feu ](L’esprit des hommes de la Terre de Feu )

Cloitre Saint Trophime, Arles

6 juillet- 30 août 2015

LIVRE

  • L’esprit des hommes de la Terre de Feu (Patagonie) Xavier Barral
livre Martin Gusinde
livre Martin Gusinde ©

À travers quatre voyages en Terre de Feu entre 1918 et 1924, le photographe et missionnaire allemand Martin Gusinde est l’un des rares occidentaux à vivre parmi les peuples Selk’nam, Yamana et Kawésqar et à être introduit au rite initiatique du Hain. Les 1200 clichés qu’il rapporte constituent un témoignage unique sur ces peuples aujourd’hui disparus. Ce premier ouvrage consacré aux photographies de Martin Gusinde est accompagné d’une exposition présentée aux Rencontres d’Arles cet été suivi d’une itinérance prévue en Europe et en Amérique du Sud

Les liens

Arles 2015 Les Rencontres de la photographie

Regardez Voir sur Facebook

L'oeil de la photographie

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.