La photographie parle du monde, du monde d’hier, qui en cette année 2014, nous relie à l’année 1914. Dans le livre paru aux éditions La Découverte "Les Carnets de Guerre de Louis Barthas, tonnelier ; 1914-1918", le premier cahier commence ainsi : "Le 2 août 1914. Une après-midi brûlante d’août, les rues du village quasi désertes, soudain un roulement de tambour : c’est sans doute un déballage d’un marchand forain sur « la Place » ou bien des acrobates qui annoncent leur représentation pour le soir."

Non, c’est la guerre qui commence, elle dure plus de 4 ans. Le bilan est effroyable. Cette année on commémore : des expositions, des événements… De grandes opérations de collecte de documents sont lancées, documents à valeur historique concernant chaque région sur le front comme à l’arrière, pendant les années de conflit de la Première Guerre Mondiale ou dans l’immédiat après-guerre. Certains d’entre nous se plongent dans les archives familiales, retrouvent des photographies, des cartes postales du grand père envoyé au front, ses lettres, ses dessins, son journal de tranchée, ses carnets de rationnement, ses livrets de travail, ses télégrammes, et en font don aux archives pour qu’enfin, son nom, sa vie, sa mort soient inscrits dans l’histoire avec un grand H.

En 2014, comment parle-t-on de cette guerre avec la photographie ? Comment un photographe s’empare de ce temps-là et que dit-il avec l’image ?

Pour parler de ces questions et de leur travail, j’ai invité les photographes Jean-Pierre Bonfort et Patrick Bard.

Photo de Patrick Bard

Jules Ferré
Jules Ferré © Radio France / Patrick Bard

"Jules Ferré est décédé de dysenterie et d'épuisement au lendemain de l'armistice, après avoir survécu à toutes les batailles. Blessé deux fois, gazé, il a vu son régiment dissout faute d'effectifs. Jules a survécu à tout et il a été à chaque fois renvoyé au front. Il est fait prisonnier en mai 1918 et meurt en Belgique dans la nuit du 13 au 14 novembre 1918 sans avoir revu les siens à Préaux-du-Perche. Il est le dernier à mourir des 18 soldats du vitrail mémorial de l'église de Préaux."Extrait de "Mémoire de verre, mémoire de guerre", Patrick Bard et Marie-Berthe Ferrer, éditions de la Martinière, 2014. ### Photo de Jean-Pierre Bonfort

Notre Dame de Lorette, Pas-de-Calais
Notre Dame de Lorette, Pas-de-Calais © Radio France / Jean-Pierre Bonfort

ET AUSSI :

L'été 14 à la BNF, quand le monde a basculé

Evénement(s) lié(s)

Sur les pas de Louis Barthas (1914-1918). Photographies de Jean-Pierre Bonfort

Été 1914, les derniers jours de l'ancien monde

Mémoire de verre, Mémoire de guerre à l’écomusée du Perche

Les liens

Le site de Patrick Bard

Le site de Jean-Pierre Bonfort

Mémoire de verre, Mémoire de guerre à l’écomusée du Perche

Sur les pas de Louis Barthas (1914-1918). Photographies de Jean-Pierre Bonfort

Été 1914. Les derniers jours de l’ancien monde

Exposition Visages et Vestiges de la Grande Guerre A l’occasion du centenaire de la guerre 14-18, la gare de l’Est à Paris accueille, du 23 juin au 30 novembre 2014, l’exposition Visages et Vestiges de la Grande Guerre, une installation originale de photographies de Didier Pazery.

Patrick Tourneboeuf : Exposition "Des petits riens" Des petits riens. Jardin temporaire du Parc, rue du Parc. ClervauxJusqu'au 12 octobre 2014. 

Regardez Voir sur Facebook

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.