Le Château d'Eau à Toulouse est dans l'actulaité pour deux raisons. L'une enthousiasmante : la découverte d'un photographe belge Vincen Beeckman, avec l'ouverture de son exposition mercredi soir "Je pense que vous devez être plusieurs". L'autre menaçante : l'avenir du pôle photographique de Toulouse devenu incertain.

Jean-Marc Lacabe, le directeur du Pôle photographique de Toulouse évoque ces deux actualités. Commençons par la découverte d'un photographe. Vincen Beeckman est un photographe belge de 46 ans qui vit et travaille à Bruxelles. Il fait parti du collectif BlowUp depuis 2002. Il travaille également pour l'association Recyclart. C'est sa première exposition en France, au Château d'Eau, à Toulouse.  

Créé à l’automne 2000, BlowUp est un groupe autogéré de sept photographes belges rassemblés autour d’une charte commune. En réaction aux images dominantes des médias, leur projet collectif développe une attitude singulière par rapport à la pratique photographique. Celle-ci est vécue comme une simple confrontation entre un être ordinaire et les personnes, objets et espaces qu’il croise au fil de ses recherches et de ses expériences intimes. Cette attitude assez basique interroge les fondements même de la photographie documentaire et l’ouvre à plus de liberté. Proposition utopique axée sur le décloisonnement des genres et l’échange, la collectivisation dans BlowUp a donc plus à voir avec une manière d’être au monde à travers le médium photographique qu’à une manière de faire. Cela transparaît naturellement dans les séries d’images que les photographes du collectif construisent, seuls ou ensemble, au fil du temps et des projets de toute forme dans lesquels ils s’engagent. 

- Jacques Cerami (Galeriste qui représente Vincen Beeckman)

Claude et Lily
Claude et Lily / Vincen Beeckman

"Je pense que vous devez être plusieurs" est le titre de l'exposition qui présente quatre séries " Claude et Lily", "Famille de Mons", "La devinère", "les restaurants chinois", sans oublier ses carnets dans lesquels il note les histoires dans lesquelles il plonge. Il accumule les images des gens et des choses rencontrés, il accumule aussi les liens forts qu'il tisse avec ceux qu'il photographie. Les photos sont "brutes", en couleur, en liberté d'agir avec l'appareil photo comme un outil pour communiquer.

Jean-Marc Lacabe nous raconte enfin pourquoi le Château d'Eau à Toulouse est fragilisé.

Demain, vendredi 7 décembre, sera débattu au conseil municipal de  Toulouse la question de la future gestion de la galerie du Château  d'eau. Certains voient dans la procédure de délégation de service public  proposée une volonté de privatiser la galerie. Chose démentie par  l'adjoint à la culture.

- Amy MacArthur (France 3 Régions)

La château d'eau
La château d'eau / Pôle photographique

Pour aller plus loin 

Le Château d'Eau est au 1, Place Laganne 31300 à Toulouse, la polémique concernant son avenir est racontée ici.

L'association Recyclart

Le collectif BlowUp

Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.