Tout au long de l'été, Brigitte Patient vous propose des portraits de quelques photographes incontournables

-
- © Ouka Leele

Les invitées

Carolle Benitah est née au Maroc à Casablanca. Elle quitte le Maroc pour la France à l'âge de 18 ans pour rejoindre une partie de la fratrie qui se trouve à Marseille. Arrivée en France, elle se lance dans des études comptabilité. Se rendant vite compte que cela ne lui correspond pas, elle se réoriente vers la mode et sort diplômée de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne. Après un stage de fin d'étude chez Dior, elle travaillera comme styliste pendant 10 ans.

Après une année sabbatique, elle développe un goût prononcé pour la photo. Elle effectue notamment un stage aux Beaux-Arts qui lui permet, selon ses mots, de "mieux comprendre la photographie contemporaine".

Dans sa série Photos-souvenirs, entamée en 2009, Carolle Benitah n'est pas l'auteur des photos présentées. Elle y reprend des vieilles photos de famille pour les modifier à l'aide de ses anciens ustensiles : une aiguille et d'un fil, et parfois des perles. 

"J'ai toujours eu envie de lier la photographie et le fil. J'ai essayé de traduire les liens familiaux, la vision de la famille. Mais je ne parle pas de moi en particulier, j'essaie d'avoir un langage universel : celui des émotions."

Photo de famille
Photo de famille / Carole Benitah

Le bébé sur la photo c'est moi. Il y a une couverture rouge perlée qui m'entoure. J'utilise les perles de verre pour leur fragilité et leur brillance. La brillance est toujours un peu trompeuse. Il y a aussi un loup brodé à l'envers aux pieds du petit garçon. Il y a une idée de mise en garde qui est amenée par la présence de ce loup, alors qu'un espèce de petit chaperon rouge se trouve à l'autre extrémité de la photo.                        
Carolle Benitah

"C'est pour moi une femme qui s'émancipe"
"C'est pour moi une femme qui s'émancipe" / Carole Benitah

C'est pour moi une femme qui s'émancipe, qui voyage, qui met un short pour montrer ses jambes, qui pose. Dans cette série, j'ai masqué tous les visages avec de la feuille d'or. Parce que l'or, déjà, est un métal précieux, mais il agit aussi comme un miroir, on peut y projeter ce que l'on veut.                        
Carolle Benitah

Carole Banitah
Carole Banitah © Radio France / Thomas Lehetet

Ouka Leele

Pour aller plus loin : 

Programmation musicale 

  • Keren Ann - Bleu
  • Nick Waterhouse - I feel an urge coming on
  • Natacha Atlas - Le gout du pain
Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.