Regardez voir découvre le Festival Images Singulières à Sète .

Il est bon de vivre une première, sans à priori, sans l’usure des festivals arpentés années après années. Gilles Favier et Valérie Laquittant, à la direction de ce festival depuis 5 ans, sont autant attentifs aux bénévoles qui le font fonctionner qu’aux photographes imposants (de par leur notoriété), fragiles (le stress des vernissages ou comment parler de son travail), jeunes ou à l’orée de leur carrière…

Images Singulières documente le monde, le bout du monde que chaque spectateur place où il veut. Les lieux où exposent les photographes dans Sète sont des espaces étonnants, aux histoires écrites dans les murs. Les expositions étant gratuites, ce festival est ouvert à tous, aux amateurs, aux passionnés et à ceux qui pour la première fois ont envie de lire l’histoire avec l’œil d’un photographe.

Affiche du Festival Images Singulières
Affiche du Festival Images Singulières © Cédric Gerbehaye / Agence VU

On ne peut pas rester insensible aux noirs et blancs des pierres de la Chapelle du quartier haut dans laquelle Cédric Gerbehaye offre sa vision de Sète car les photos sont dans un écrin. Le Boulodrome Agrocanet__ au Quai des Moulins blanchit les pieds des visiteurs, les photographes Pierre-Yves de Vandeweerd, Hugues De Wursetemberger, Marie-Laure de Decker, Léon et Levy, Ferhat Bouda, Sahel Digital Art ont foulé le sable du désert pour travailler. Au centre régional d’art contemporain, Ad Van Denderen épouse les lignes rigides de l’espace pour accrocher ses photos en couleurs vives des rives des pays arabes, avant le printemps….

La Maison de l’image documentaire est à visiter avec 3 expositions :

  • les photographies d’Eugénia Maximova qui nous font sourire car il s’agit de tombes en Bulgarie. Les défunts sont exposés en trompe l’œil sur le marbre des stèles. Une série drôle sans doute limitée, même si l’imagination des familles en deuil, elle, n’a pas de limites.

  • Martin Bogren , ses adolescents en errance, les noirs et blancs vaporeux, le grain de chaque photographie vous arrête comme si vous pouviez le palper. C’est une exposition sensuelle.

-Et Roger Ballen , pour le découvrir, c’est en haut de l’escalier. Une star cet homme-là. Il parle peu. C’est un américain installé depuis 30 ans en Afrique du Sud. Pour les auditeurs qui connaissent son oeuvre par cœur, sachez qu’il propose à Sète 10 photos inédites parmi les 40 de la série Outland. Ses photographies, quand elles sont vues pour la première fois, frappent, dérangent, pose des questions, n’offrent pas de réponse….

CHAIS DES MOULINS- Quai des Moulins
CHAIS DES MOULINS- Quai des Moulins © Brigitte Patient

Les liens

Le Festival Images Singulières Cinq ans ce n’est pas un anniversaire. Pas une date à cocher mais juste une fierté : celle d’avoir passé un cap ! ImageSingulières s’est inscrit dans le paysage photographique en surmontant les obstacles et malgré ses moyens limités veut continuer à être ambitieux pour proposer une programmation inédite. Le monde est en fusion : guerres sans fin, explosions sociales, mafias, révolutions et parfois, au milieu de ce magma, de trop rares bonnes nouvelles.Cinq ans ce n’est pas un anniversaire. Pas une date à cocher mais juste une fierté : celle d’avoir passé un cap ! ImageSingulières s’est inscrit dans le paysage photographique en surmontant les obstacles et malgré ses moyens limités veut continuer à être ambitieux pour proposer une programmation inédite. Le monde est en fusion : guerres sans fin, explosions sociales, mafias, révolutions et parfois, au milieu de ce magma, de trop rares bonnes nouvelles. Le rôle des photographes devient alors crucial, ils ont parmi d’autres la lourde tâche d’écrire la mémoire de ces temps tourmentés. Il est important pour nous de leur donner un écho, et de défendre leurs points de vue.

Regardez Voir sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.