Trois ans pour documenter la France d'aujourd'hui, c'est le projet engagé initié par Mediapart & ImagesSingulières. Nadège Abadie, Frédéric Stucin et Gilles Favier racontent.

Gare Saint Lazare
Gare Saint Lazare © Frédéric Stucin

La France vue d'ici

Initié conjointement par Mediapart et Images singulières, La France vue d'ici est un projet ambitieux et engagé porté par le désir de soutenir la photographie documentaire et son rôle dans la société. Il répond à un besoin de documenter la population française sur les réalités sociales du pays, des plus connues aux plus invisibles et de témoigner des bouleversements traversés par la société, pour un meilleur vivre ensemble.

La France vue d'Ici couvertrure du livre
La France vue d'Ici couvertrure du livre / Stéphane Lavoué / ed. La Martinière

Gilles Favier

Au festival ImagesSingulières on préfère les gens au paysage. On a tenté de donner la parole à ceux qui ne sont jamais sur le devant de la scène.

Gilles Favier
Gilles Favier / Anne Audigier

En France on a une matière sociale très riche, cela vaut tous les voyages. Gilles Favier

Éléments de parcours

Né en 1955 à Roanne, le photographe et réalisateur Gilles Favier rencontre en 1981 Christian Caujolle qui vient de créer le service photo de Libération. Commence alors une collaboration qui ne s’est jamais interrompue avec le quotidien. Nourri aux images de Diane Arbus, Gilles Favier s’est efforcé depuis ses débuts de porter un regard humaniste sur les marges de la société. En 2002, il commence un important travail documentariste sur les traces de l’ethnologue Pierre Verger. Il a quitté Paris et vit désormais dans le sud de la France. Il a participé à l’aventure de l’Agence VU de 1987 à 2016. Il enseigne à l’ ETPA Toulouse et à l’Ecole supérieure de journalisme de Montpellier. Il est directeur artistique du festival Image Singulières et de la Maison de L’image Documentaire de Sète. En 2016, il publie « Marseillais du Nord / Les Seigneurs de naguère » avec Philippe Pujol aux éditions Le Bec en L’air et « Valparaiso » (livre collectif) aux éditions du Fifv.

Nadège Abadie et Frédéric Stucin
Nadège Abadie et Frédéric Stucin / Anne Audigier

Nadège Abadie

Je ne tire pas le portrait, je le tisse.

Nadège Abadie
Nadège Abadie / Camille Douvientel

Éléments de parcours

Née en 1988, Nadège Abadie est photographe et réalisatrice. Elle vit à Paris et travaille en commande pour la presse nationale. Ses travaux ont été exposés à ImageSingulières, aux Rencontres de la Jeune Photographie Internationale à Niort, aux Promenades Photographiques ainsi qu’à la Galerie Temple à Paris. Ses projets allient photographies, textes et sons s’attachant à raconter des vies, des parcours et des trajectoires humaines. Elle intègre le projet La France vue d’ici en novembre 2014 ; et vient de réaliser son premier documentaire Le Point de rosée, coproduit par France Télévisions et De Films en Aiguille, qui fait s’entrecroiser les choix d’Océane future militaire, de Marco séminariste et de Claire et Antoine jeunes paysans. Elle est également enseignante en Écritures Audiovisuelles à l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière et membre de l’agence Signatures.

Les projets de Nadège Abadie à voir et à lire prochainement :

  • son film "Le point de rosée" sera projeté pendant ImageSingulières, en attendant peu-être une sortie en salle...
  • "Silences de l'exil", le livre réalisé avec l'auteure Marina Skalova paraitra début 2018, aux Éditions d'En Bas à Lausanne

Frédéric Stucin

La photographie s'est peu à peu imposée à moi, comme une drogue. Elle justifie toutes les rencontres, tous les voyages.

Frédéric Stucin
Frédéric Stucin / Fredéric Stucin

Éléments de parcours

Né en 1977, ancien étudiant de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg puis diplômé de l’École nationale supérieure Louis-Lumière, Frédéric Stucin est aujourd’hui établi à Paris. Il réalise pour la presse de nombreux portraits de personnalités, acteurs, écrivains, chanteurs, femmes et hommes politiques. En parallèle, il pratique la photographie de rue, à Las Vegas, Londres, Berlin, New York, Mexico, Paris… saisissant au vol les marcheurs dans les grandes métropoles.

Je ne suis pas là pour violenter les personnes que je photographie.

photos choisies

Nadège Abadie :

Les jeunes que j’ai rencontré ont fait des choix de vie qui peuvent paraitre désuets : (la guerre la prière ou la terre), moi qui suis plutôt antimilitariste athée et citadine, j’ai bousculé mes préjugés…

Grégoire, 17 ans, au Centre de Recrutement des Forces Armées à Paris. « Le choix à Sébastien »
Grégoire, 17 ans, au Centre de Recrutement des Forces Armées à Paris. « Le choix à Sébastien » / Nadège Abadie

"Grégoire a 17 ans, il est venu avec sa mère et va rencontrer un recruteur de l’Armée de Terre. J’ai attendu cette photo. Et tout est là : le regard de Grégoire, la poignée de mains molle et floue, le militaire anonyme et ferme. Tout est dans le geste, le moment, les corps et le regard." Nadège Abadie

Généralement je fais peu de photographies de paysage. Mais Bérengère est là... cette jeune bergère transhumante porte Aimé, son bébé, et mène son troupeau de 1500 brebis ; ils semblent tous deux protégés par la montagne.

Bérengère, 27 ans et Aimé, 3 mois, sur la montagne d’Aussois à 2320 mètres d’altitude. « Le choix à Bérengère »
Bérengère, 27 ans et Aimé, 3 mois, sur la montagne d’Aussois à 2320 mètres d’altitude. « Le choix à Bérengère » / Nadège Abadie

J’avais envie de photographier les gens en noir et blanc, en privilégiant les visages sur le reste, cela donne un aspect intemporel aux images. F. Stucin

Gare Saint Lazare
Gare Saint Lazare / frédéric Stucin

J'ai trouvé fabuleux de rencontrer les voyageurs et d'imaginer leur parcours, leur vie. Frédéric Stucin

Gare Saint Lazare
Gare Saint Lazare / Frédéric Stucin

LIVRE

Le livre LA FRANCE VUE D'ICI, c'est le travail de 26 photographes et 4 journalistes réunis en 336 pages, élaborées pendant plusieurs semaines par les éditions de La Martinière en concertation avec Mediapart et ImageSingulières. Cette relecture du corpus photographique sur la France entre 2014 et 2017 en 535 images est introduite par un texte de Gilles Favier et Sophie Dufau, suivi d'un dialogue entre Edwy Plenel (fondateur de Mediapart) et Christian Caujolle (commissaire d'exposition, auteur et fondateur de l'agence VU'). 535 photographies pour donner l'esprit du projet.

Expositions

La playlist de l'émission

  • MOUSSU T E LEI JOVENTS : Bons baisers de Marseille, 2010

  • LADY SIR/Gaetan ROUSSEL/Rachida BRAKNI : Le temps passe, 2017

  • THE BLAZE: Territory, 2017

Regardez voir est en partenariat avec le magazine Fisheye.

Regardez voir aussi

  • Table ronde - 23 mars 19h-21h : « La photographie documentaire : un art de la dénonciation publique ? » Université Paris II Panthéon ASSAS

Avec Gabriele Galimberti et Paolo Woods, photographes et Frédéric Lambert, sémiologue, spécialiste de l’image de presse, professeur à l’université Paris II Panthéon-Assas, Michaela Ott philosophe, spécialiste des théories esthétiques, professeur à l’Ecole des Beaux-Arts à Hambourg, Laure Poupard, spécialiste d'histoire de la photographie, du documentaire et des expositions

  • Table ronde - 24 mars 19h-21h« Paradis fiscaux : au-delà des clichés » Université Paris II Panthéon ASSAS

Avec Gauthier Blanluet, professeur à l’université Paris II Panthéon-Assas, Raphaël Coin directeur fiscal de General Electric, France Martin Collet, professeur à l’université Paris II Panthéon-Assas, Benoît Delaunay professeur à l’université Paris II Panthéon-Assas, directeur du Master Fiscalité internationale, Nathalie Mognetti directrice fiscale du groupe Total.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.