La photographe française, qui vit aux Etats-Unis, Lise Sarfati s'inspire de Marcel Duchamp pour mettre en avant "le regardeur", celui qui regarde les photographies et sans lesquelles il n'y a pas d'art.

Lise Sarfati
Lise Sarfati © Radio France / Brigitte Patient

"C’est le regardeur qui doit raconter son histoire. Je revendique une photo qui n’est pas autoritaire et laisse le regardeur très libre de pouvoir interpréter la photographie."

Photographe française, Lise Sarfati vit entre Paris et Los Angeles. Son travail fait l’objet de nombreuses expositions personnelles, participe à des expositions collectives comme en ce moment au Centre Pompidou avec une des photographies de la série « Oh Man », son travail le plus récent.
Elle a été pendant 15 ans membre de  l’agence Magnum.

« Je suis allée aux Etats-Unis uniquement parce que le paysage était simplifié. Et le paysage étant simplifié, le personnage devient plus important. En France c’est différent parce que l’architecture est tellement importante que le personnage est dominé par l’architecture. »

J'ai beaucoup travaillé sur la distance entre moi même , mon appareil, et le sujet. Puis je me suis rapprochée du personnage.

photo extraite de la série "Oh Man", réalisée  en 2012 et 2013 à Los Angeles (photo décrite par Laurent Delmas).

Oh Man
Oh Man / Lise Sarfati

« J’ai travaillé sur le mouvement, ce qui est très difficile en photographie. La photographie est une image fixe, le mouvement s’arrête à un moment donné qui n’est pas forcément le bon moment. J’ai passé deux ans à travailler à la chambre et à choisir mon cadre dans un quartier d’entrepôts. Ce qui m’intéresse, c’est le mouvement et les personnages à la fois anonymes et très précis." 

Mon travail n’est pas du tout une esthétique en soi. Je prends position pour ces hommes que j’ai photographiés. Ce n’est pas une belle photographie qui attire de manière facile.

Photo extraite de sa série « She » (photo décrite par Dorothée Barba). Série créée entre 2005 et 2009 avec des femmes d’une même famille, la mère, la soeur, les deux filles. Dans leur salon, leur salle à manger ou dans la ville de Oakland. Une journée par an avec chaque femme. C’est un travail sur la figure féminine et l’identité féminine.

Christine, Hollywood
Christine, Hollywood / Lise Sarfati

« La lumière est significative de cette image, je trouve ça très beau, sculptant. Le personnage de la mère est très ambigu parce qu'il a un rapport avec le décor luxuriant. Elle a un rapport animal à son environnement. On n’est pas dans une photographie de séduction. J’aime quand la photographie crée en sensation, une émotion »

Photo extraite de la  série « The New Life ».   (décrite par Patricia Martin) 

Lauren, Georgetown
Lauren, Georgetown / Lise Sarfati

"A l’époque je travaillais au Leica. Ce sont des personnages qui sont jeunes. Concrètement, c’est une série de photographies de personnages dans des univers très familiers, très proches de leur quotidien et dans des actions minimales." 

Il faut que la personne qui regarde soit libre, que ce ne soit pas autoritaire. Rien ne m'ennuie plus que les photos qui ne laissent pas le choix.

Le site de Lise Sarfati 

Suivez Lise Sarfati sur Instagram

Le site de Steidl

ACTUALITE : Une oeuvre de la série "Oh Man" est exposée jusqu'au 15 octobre 2018 au Centre Pompidou dans le cadre de l'exposition "Sabine Weiss - Les Villes, la rue , l'autre".   

DISQUES 

  • King Tuff, "Psycho star" 
  • Angèle, "Je veux tes yeux".
  • Patti Smith, "Gloria"
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.