Avedon et la France, Avedon et la revue Egoïste, deux histoires relatées avec passion par Robert Rubin et Nicole Wisniak.

Richard Avedon par Jacques-Henri Lartigues
Richard Avedon par Jacques-Henri Lartigues © DR La France d’Avedon,Vieux Monde, New Look

Avedon (1923- 2004)

Dès le départ, je suppose, j'étais intéressé par les autres, par le corps, le langage du corps, la géographie émotionnelle d'un visage.

Dès son enfance, Avedon est en contact avec l’univers de la mode et la photo. Son père possède un magasin pour dames, sa mère est une adepte des revues de mode, et la famille joue à se mettre en scène en posant avec le chien des autres devant de belles automobiles. La jeune sœur d’Avedon, à la beauté saisissante, est également abondamment photographiée. Elle décède à 30 ans dans un asile et Richard Avedon réalisera des années après, combien elle aura influencé sa manière de photographier les femmes.

En 1942 il s’embarque dans la marine marchande comme photographe où il réalise de très nombreuses photos d’identité mais aussi des images d’autopsie.

En 1945, il présente un portfolio à A. Brodovitch, directeur artistique de Harper’s bazar qui entame 20 ans de collaboration artistique. Il travaillera aussi pour Life, Vogue puis pour la luxueuse revue française Egoïste dirigée par Nicole Wisniak.

Le photographe Richard Avedon en train de travailler avec un de ses modèles, New-York (1964)
Le photographe Richard Avedon en train de travailler avec un de ses modèles, New-York (1964) © Sipa / MARZONI

Avedon introduit deux éléments nouveaux dans la photo de mode, la personnalité du mannequin et le fait de sortir ce dernier de l’univers confiné du studio.

Dans les années 60, il choisit systématiquement pour ses portraits, un fond blanc et un studio nu, réalisant d’intenses images avec une précision chirurgicale, à la chambre 20/25. Il verra défiler les plus grandes figures de l’art et de la littérature : de Genet à Duchamp, Borges, Stravinski, Burroughs, Eisenhower, Marilyn Monroe, Henry Miller ou H. Kissinger…

Portrait de Marilyn Monroe par Richard Avedon présenté lors de la première grande rétrospective de l'œuvre du photographe depuis sa mort en 2004. Jeu de Paume, Paris.
Portrait de Marilyn Monroe par Richard Avedon présenté lors de la première grande rétrospective de l'œuvre du photographe depuis sa mort en 2004. Jeu de Paume, Paris. © Sipa / GINIES

A côté des stars, le photographe s’intéresse aux anonymes, il immortalise les visages de l’Amérique profonde avec sa série American west. Engagé, il suit le mouvement afro-américain pour les droits civiques et produit des images à charge contre la guerre au Vietnam, prise de position qui lui vaudra même un passage en prison.

Robert M. Rubin

Robert Rubin
Robert Rubin © Radio France / Fanny Leroy

Doctorant en théorie et histoire de l'architecture à la Columbia University, New York (en 2007). Financier. Président de la Georges Pompidou art ; Culture foundation (en 2007). Robert M Rubin est l'un des commissaires de l'exposition La France d’Avedon,Vieux Monde, New Look.

Nicole Wisniak

Avedon, c’était un œil au service d’une conscience.

De 1975 à 1977, elle est archiviste de la succession Picasso dont s'occupe Maurice Rheims, commissaire-priseur et historien d'art. A sa mort le maître n’a laissé aucun inventaire de ses œuvres et aucun testament, le recensement prendra pendant plusieurs années. Fréquentant activement les milieux artistiques et intellectuels de Paris, Nicole Wisniak lance en 1977, la revue Egoïste, une revue chic avec des interviews, des textes de qualité littéraire et une place importante donnée à la photographie (pleine page, voire double page, sur un papier de qualité). Elle utilise ses relations : Loulou de la Falaise (sa voisine), fréquente Castel, côtoie Françoise Sagan (« Elle m’a donné deux conseils, un : publier des textes d’écrivains, deux : ne jamais faire appel à des journalistes »). Progressivement, les photographes les plus marquants de leur époque : Helmut Newton, Richard Avedon, Guy Bourdin, Paolo Roversi, Ellen Von Unwerth, Bettina Rheims… nourrissent les numéros successifs, parus avec une périodicité capricieuse. Au-delà du magazine, Nicole Wisniak se bat également pour trouver, au milieu des années 1990, des lieux d'exposition, en France, pour Avedon, encore peu connu dans ce pays.

Égoïste offre également un espace de créativité à des écrivains réputés, tels que Françoise Sagan, au départ de l'aventure, mais aussi Jean d'Ormesson, Patrick Besson, Bernard Henri Levy, André Glucksmann, J. M. G. Le Clézio. Chaque numéro est collectionné avec passion par de nombreux amateurs.

Photos choisies

Audrey Hepburn dancing with Fred Astaire, "Funny Face" 1957
Audrey Hepburn dancing with Fred Astaire, "Funny Face" 1957 © The Richard Avedon Foundation
Andre Glucksmann, philosopher, New York, April 19, 1992 - Photograph by Richard Avedon
Andre Glucksmann, philosopher, New York, April 19, 1992 - Photograph by Richard Avedon © The Richard Avedon Foundation (pour la revue Égoïste)

Nicole Wisniak :

André Glucksmann était un témoin du siècle, prêt à réagir à tout ce qui advenait dans le monde. J’ai insisté un moment avant qu’il accepte de poser pour la revue, on a fini par l’amener avec sa famille à N.Y. où il a rencontré Avedon.

Carmel Snow, fashion editor, New York, October 16, 1959
Carmel Snow, fashion editor, New York, October 16, 1959 © The Richard Avedon Foundation

Robert M. Rubin :

La directrice de la revue Harper’s Bazar a été l’une des deux figures clés (avec A.Brodovitch 1898 - 1971, photographe, enseignant et designer co directeur de la revue) dans la formation de R. Avedon.

E.M. Cioran, writer, Paris, May 11, 1986 - Photograph by Richard Avedon
E.M. Cioran, writer, Paris, May 11, 1986 - Photograph by Richard Avedon © The Richard Avedon Foundation (pour la revue Égoïste )

Nicole Wisniak :

Lorsqu’ Avedon réalisait un portrait il allait relativement vite, mais il faut savoir qu’il savait exactement ce qu’il allait faire avant que la personne arrive.

Nicole Wisniak dit aussi : "Cette main décharnée comme l’expression du sujet, racontent la fatigue de Cioran, un homme habité par le doute. Avedon avait une obsession de la mort qui traverse beaucoup de ses images… "

Exposition

La France d’Avedon Vieux Monde, New Look à la BNF / François-Mitterrand / Galerie 2, du 18 octobre 2016 au 26 février 2017

Robert Rubin et Brigitte Patient devant "Carmel Snow" de Richard Avedon dans l'exposition à la BNF
Robert Rubin et Brigitte Patient devant "Carmel Snow" de Richard Avedon dans l'exposition à la BNF © Radio France / Fanny Leroy

Les liens singuliers du photographe américain Richard Avedon avec la France sont au cœur d’une exposition qui rassemble plus de 200 de ses œuvres. Reconnu et célébré dans le monde entier en tant que photographe de mode mais aussi pour ses portraits de personnalités, Richard Avedon (1923- 2004) a entretenu avec la France une relation intense. L’exposition explore les manifestations de cet attachement qui parcourt son œuvre depuis les années quarante, quand il vient photographier les collections de mode à Paris pour Harper’s Bazaar jusqu’à sa collaboration au magazine Egoïste à partir de 1985. Entretemps, il revient en 1968 pour travailler autour de l’œuvre de Jacques Henri Lartigue. À chaque rencontre, Avedon est amené à se réinventer et enrichit l’image photographique d’autres formes d’art : le texte, le livre, la narration cinématographique, la danse… La France d’Avedon est ainsi racontée autour d’un film, d’un livre et d’un magazine, qui marquent autant de moments clés de son parcours. De très nombreux portraits sont présentés parmi lesquels ceux de Jean Cocteau, Coco Chanel, Catherine Deneuve, Jean Genet, Jeanne Moreau, Yannick Noah, Isabelle Adjani.

Livre

Le catalogue de l’exposition est édité par la BNF. Le premier ouvrage de référence en français consacré à Richard Avedon explore pour la première fois les liens singuliers de l’artiste Richard Avedon avec la France. Célébré dès ses débuts pour ses photographies de mode, Avedon a développé au long de sa vie une œuvre exceptionnelle, jalonnée de rencontres françaises qui ont fortement influencé son travail. Ce catalogue d'exposition présente près de 200 photographies, choisies pour raconter une histoire : celle de l’attachement profond pour la France de l’un des plus grands photographes américains de la seconde moitié du XXe siècle.

Au cours de l’émission vous pouvez entendre

  • Des extraits du film Funny face, Stanley Donen, 1957, film inspiré de la vie d’Avedon pour lequel lui-même a été consultant visuel.

  • La voix de R. Avedon, interviewé par Charlie Rose en 1999. Il explique à quel point l’instant du portrait est un moment crucial, moment qu’il compare à celui de l'athlète avant un saut.

Regardez voir aussi

Programmation musicale

  • Alan Vega de Christophe
  • Just your fool de The Rolling Stones
  • Somethin' stupid de Robbie Willams et Nicole Kidman

EVENNEMENT

  • Discussions autour de Richard Avedon le vendredi 2 décembre 2016 à la BnF I François-Mitterrand de 10h à 17h00

Colloque dans le cadre de l'exposition. Avec la participation de Neil Selkirk, photographe, documentariste, ancien assistant d’Avedon Mark Lyon, photographe, ancien élève d’Avedon , Quentin Bajac, MoMa (New York), Robert Rubin et Marianne Le Galliard, commissaires de l’exposition La France d’Avedon. Vieux Monde, New Look.

Consulter le programme de la journée [ici](http://: http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.autour_avedon.html?seance=1223925353861)

Les invités

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.