On inaugure les constructions, mais on ne salue jamais la fin de leur vie. C’est peut-être cela mon travail : rendre un dernier hommage à ce qui va disparaitre.

Photographe, peintre, sculpteur et architecte, Georges Rousse est un artiste nomade qui prend possession des lieux et leur donne une seconde vie. A Paris, à Casablanca, à Calcutta ou Mumbai (Inde), à Kobê (Japon), à San Diego ou ailleurs, il choisit des lieux promis à la destruction qui ont un fort vécu : (usines et abattoirs désaffectés, anciennes prisons, salles de classe, gymnase, théâtre incendié, HLM promis à la démolition ou temple de Harlem …) puis il les repeint avant de les photographier à la chambre. Son intervention dans ces espaces dévastés, abimés par les incendies ou par les guerres est comme une deuxième naissance. Ses images pleines d’énergie et de lumière nous donnent l’impression qu’il vient les réparer, leur donner une dernière chance de briller.

J’essaie de prendre l’architecture délaissée comme une matière brute et de la modeler pour aboutir à quelque chose de sculptural.

  • Georges Rousse devant l'une de ses photos exposées à Campredon
Georges Rousse devant l'une de ses photos exposées à Campredon 2015
Georges Rousse devant l'une de ses photos exposées à Campredon 2015 ©

PROCESSUS CREATIF

Son travail s’organise selon trois temps : celui du repérage des lieux et de croquis préparatoires, celui de la peinture ou de la construction dans les lieux et enfin celui de la photographie . Il conjugue anamorphose picturale, sculpture et architecture. L’anamorphose, chère aux artistes de la Renaissance, est une déformation réversible d'une image. Ses installations, réalisées sans truquage, mais à la façon d’un « décor maquillé », peignent des jeux de lignes en trompe-l’œil, et renversent les lois de la perspective avec une habileté sans pareil. Après son intervention à la peinture, il photographie le lieu, selon un point de vue très précis qui fait apparaître une image nouvelle, une étoile, un carré, un rectangle, un mot…Lorsqu’il prend possession d’un lieu, il sait exactement où il va placer son appareil photo, et c’est en regardant dans l’objectif que Georges Rousse dirige son intervention.

Jouant sur les illusions d’optique, son travail a aussi une fonction de réflexion sur la fabrication des images, comme sur l’architecture …. On se frotte les yeux face à ses images !

bandeau RV PHOTOS CHOISIES
bandeau RV PHOTOS CHOISIES ©
  • Koblentz 1994, en Allemagne
Georges Rousse Koblentz 1994, en Allemagne
Georges Rousse Koblentz 1994, en Allemagne © / Georges Rousse Koblentz 1994, en Allemagne
  • Guise 2015 dans le familistère de Godin
    G rousse Guise 2015 dans le familistère de Godin (Utopia)
G rousse Guise 2015 dans le familistère de Godin (Utopia) © G Rousse Guise 2015-familistère de Godin -
  • Dessin préparatoires pour le familistère
dessin de g rousse
dessin de g rousse © / Georges Rousse

.

  • Santiago du Chili 2013
Mezy 2001 près de Mantes la Jolie, dans une maison construite par Mallet Stevens
Mezy 2001 près de Mantes la Jolie, dans une maison construite par Mallet Stevens ©

 G Rousse Santiago du Chili 2013
G Rousse Santiago du Chili 2013 ©

J’occupe l’espace vide avec des formes sans fonction. Sauf à provoquer le rêve.

  • Mezy 2001, dans une maison construite par Mallet Stevens (près de Mantes la jolie)
    Mezy 2001 près de Mantes la Jolie, dans une maison construite par Mallet Stevens
    Mezy 2001 près de Mantes la Jolie, dans une maison construite par Mallet Stevens ©

Work in progress

Une Vidéo dans laquelle on voit comment Georges Rousse investit le familistère de Godin

bandeau  RV EXPO
bandeau RV EXPO ©

GEORGES ROUSSECollectionneur d'espaces

à Campredon centre d'art

Du 24 octobre 2015 au 21 février 201620, rue du Docteur Tallet 84800 L'Isle-sur-la-Sorgue cedex

G Rousse affiche Campredon
G Rousse affiche Campredon ©

Au Centre d’Art Campredon, à côté d’un choix d’œuvres anciennes et récentes, Georges Rousse présente également ses derniers travaux réalisés en 2015, à Guise dans le Familistère fondé par Jean-Baptiste André Godin, à Reims dans les caves de l’ancien Cellier Jacquart devenu centre d’art et à la Madelaine-sous-Montreuil où il a investi, à la demande d’Alexandre Gauthier, le talentueux chef étoilé du restaurant La Grenouillère, une vieille bâtisse vouée à la démolition.

.

bandeau a lire RV
bandeau a lire RV ©

Georges Rousse : 4.234 miles , Actes Sud, 2014

Georges Rousse : 4.234 miles
Georges Rousse : 4.234 miles © actes sud

Au cours de sa vie nomade, Georges Rousse est souvent revenu réaliser des installations dans une même ville, une même région ou un même pays. C'est ainsi que, pendant plusieurs années, il a transposé son atelier dans la région Rhône-Alpes, y réalisant des oeuvres majeures ; c'est aussi la région où il a eu l'opportunité de faire participer des jeunes en difficulté et de les emmener sur ses chantiers à l'étranger : à Palerme, à Houston... et en janvier 2014 à Mumbai pour un projet dans un bidonville, que l'on retrouve dans ce livre avec un texte d'Anne-Marie Garat.

Si l'exposition au Plateau à Lyon permet de suivre l'évolution du travail de Georges Rousse dans le temps, à travers des oeuvres réalisées sur un même territoire, c'est en suivant le fil rouge du thème du feu et de la lumière nécessaire à la photographie que l'on découvre les oeuvres présentées au Creux de l'Enfer à l'Hiors.

Trois villes, trois séries de travaux réunies dans cet ouvrage.

Georges Rousse, Tour d'un monde, Actes Sud 2013 -monographie-

G Rousse
G Rousse © G Rousse actes sud

Imaginons un seul instant toutes les images de Georges Rousse soudainement privées de ce surplus iconographique que l'artiste affecte aux lieux dans lesquels il intervient. Que verrions-nous ? Des espaces vides, le plus souvent désaffectés. L'oeuvre de Georges Rousse s'offrirait alors à voir comme un grand livre d'images qui organiserait une sorte d'inventaire d'espaces architecturés. Des espaces de toutes sortes et de toutes natures : bureaux, dépôts, hangars, lieux d'habitation, sites industriels, etc., les uns en attente de destruction, les autres de réaménagement. Ce jeu iconographique ne vaudrait alors que pour inviter le regardeur à prendre la mesure du principe d'occupation qui règle le travail de l'artiste. Une façon aussi de mieux entrer dans l'univers artificiel mais non moins poétique qu'il crée, en s'appliquant à en décortiquer la savante organisation.

Car tout est là chez Georges Rousse : il ne s'agit jamais d'apparence mais d'essence, voire de quintessence. Le regard hâtif qui se contenterait d'un simple coup d'oeil, c'est-à-dire qui se suffirait du paraître, resterait toujours dans l'en-deçà du travail. Pis, dans son ignorance. Aussi, face à ses images, force est au spectateur d'y porter un regard soutenu, faute de quoi il ne les appréhenderait que de manière handicapée. Surtout il n'en percevrait pas ce qui en fait la substance - la « substantifique moelle », comme on le dit quand on veut souligner la part de gravité et de profondeur d'une chose -, à savoir ici le génie des lieux.

Utopia, Les Editions du Familistère

G Rousse Utopia
G Rousse Utopia ©

Textes de Gille A. Tiberghien, Georges Rousse et Frédéric K. PanniConversation d'Alexandre Gauthier et Georges RousseEntretien avec Georges Rousse

Georges Rousse, Photopoche

G Rousse photopoche
G Rousse photopoche © actes sud G Rousse

Préface d'Alain Sayag.

.

Mediterraneo, la mer au milieu des terres, Actes Sud

Mediterraneo G Rousse
Mediterraneo G Rousse ©

Les oeuvres de l'artiste évoquent son périple imaginaire en Méditerranée. Il rend hommage aux endroits qu'il affectionne : la Sicile, Chypre, Alexandrie, Jérusalem, etc.

Georges RoussePoints de vue,Editions Eclosoir

l'eclosoir G Rousse
l'eclosoir G Rousse ©

Un petit bijou de Livre objet à manipuler recto verso... pour accompagner la transformation des lieux et le cheminement de l'artiste.

Points de vue rassemble quatre carnets réalisés en collaboration avec Georges Rousse. Chaque leporello se consacre à une oeuvre et en dévoile son processus, du dessin préparatoire jusqu’à la photographie , oeuvre finale. De la construction de structure à la transformation d’espace existant, ces oeuvres balaient le champs d’intervention de Georges Rousse. œuvres présentées: Paraty, Brésil 2010 | Séoul, Corée du Sud 2013 | Matsushima, Japon 2013 | Thonon-les-Bains, France 2013

Regardez voir aussi
Regardez voir aussi ©

.

Denis BRIHAT Fleurs et légumes

Denis Brihat
Denis Brihat © camera oscura

Jusqu'au 14 janvier 2016

Galerie Camera Obscura

268, Boulevard Raspail

75014 Paris

ROBERT CAPA ET LA COULEUR

Robert Capa et la couleur
Robert Capa et la couleur © Capa jeu de Paume

Exposittion au Jeu De Paume / Château de tours, jusqu’au 29 Mai 2016

l’exposition présente pour la toute première fois les photographies en couleur de Robert Capa, connu surtout pour ses images en noir et blanc.

La revue CAMERA propose un hors série

Camera photo clara chichin
Camera photo clara chichin © camera

Dans l’idée de célébrer la résistance et la solidarité après les attentats du 13 novembre dernier, ce hors-série met à l'honneur 100 grands photographes qui donnent à voir leur image de la liberté. Ils ont offert leur photographie pour cette édition. Une partie des bénéfices sera reversée au fonds de solidarité#GiveForFrance créé par la Fondation de France pour les victimes des attentats et leurs familles.

Disponible en kiosque.

le blog dédié à la photo: "One Year of Books"

Laurence Vecten propose descalendriers caritatifs autour de la photo ici,cette année ce sont 54 photographes américains qui sont à l'honneur.

Les liens

Regardez Voir sur Facebook

L'oeil de la photographie

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.