Née en 1979, d'abord comédienne et metteuse en scène, Dorothy-Shoes a commencé la photographie en 2005. En 2012, à l'âge de 33 ans, elle apprend qu'elle est atteinte de sclérose en plaques. Elle documente depuis sa maladie dans un journal de bord, en photographie. Avec un grand talent de mise en scène.

Delphine
Delphine © © Dorothy Shoes

Dorothy Shoes :

Essayer, rater, rater et réussir… Je ne me considère pas comme photographe. Je ne sais absolument pas « écrire avec la lumière ». Je sais parler de l’humain, c’est ce qui m’intéresse le plus

Dorothy Shoes
Dorothy Shoes © Radio France / Perrine Malinge

Elle ajoute : "J’ai un pseudonyme : Dorothy-Shoes. Je m’appelle Eglantine Le Coz. Dorothy m’a tuée. Parce que je ne me suis jamais économisée, j’ai beaucoup donné. J’ai l’impression que mon travail photographique m’a détruite. Aujourd’hui, je ne fais plus de photographie. Je redeviens Eglantine. Il faut que je prenne soin d’elle maintenant."

Le livre ColèresS planquées a paru en octobre 2017 aux éditions Actes Sud. 

Le titre de l'album est l'anagramme de "sclérose en plaques". La photographe entreprend, à la manière d'un journal photographique, de transcrire les peurs et les symptômes qu'engendre la maladie, en faisant appel à des femmes pour interpréter les scènes inspirées par l'écoute de son propre corps. 

« Une de mes premières photographies, en 2005, c’était un autoportrait de moi pris dans un miroir brisé. L’image de soi était en morceaux. Aujourd’hui, avec cette maladie, c’est exactement comme je me sens  : une identité brisée en mille morceaux. »

Quelques photos de Dorothée Shoes

Dorothy Shoes : 

Ce qui m’intéresse beaucoup, c’est travailler avec l’intime. J’ai travaillé avec des proches, des gens qui m’entouraient. 

Clara
Clara / Dorothy Shoes

(Photo décrite à l'antenne par Lauranne Thomas)

DS : « Dans ce cliché, j’ai voulu exprimer que cette maladie nous chipe nos mots, notre langage, notre manière de  nous exprimer, de conjuguer les verbes, les formes grammaticales. J’aime le français, j'aime énormément les mots, l'orthographe, et aujourd’hui je suis perdue. A cause de cette maladie, je vomis des mots qui ne sont pas les miens. »

DS : « La maladie, c’est la perte de l’identité. Je ne sais plus qui je suis. Aujourd’hui j’ai peur de tout, alors que j’étais tellement téméraire. Il y a autant de formes de scléroses en plaques que de personnes malades. Pour ma part, je suis victime d’une sclérose en plaque cérébelleuse. J’ai perdu le segment qui permet au cerveau de faire les actions. Je peux penser mais je ne peux pas agir." 

Claire M
Claire M / Dorothy Shoes

(Photo décrite à l'antenne par Lauren Grandbesançon).

DS : « On ne sait pas où elle regarde, c’est vague, c’est si trouble... C’est la disparition de quelqu’un. C’est exactement ce que je vis. »

Livres

ColèresS planquées, éditions Actes Sud  

Monologues et dystopies, Editions du petit oiseau.

Le site de Dorothy-Shoes 

Disques

  • Mike Flowers Pop « Light my fire » Hollydays, « Hollywood Bizarre » 
  • Katie Melua, « Wonderful life »  
  • Arctic Monkeys, « Four out of five »
Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.