Rencontres entre photographie, mode et cinéma avec Peter Lindbergh et Raymond Cauchetier

Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg sur les Champs-Elysées, en 1959 pendant le tournage d'A bout de souffle de JL Godard
Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg sur les Champs-Elysées, en 1959 pendant le tournage d'A bout de souffle de JL Godard © © Raymond Cauchetier

Peter Lindbergh

Ce qui n’est que beau m’a toujours ennuyé ;  ce qui m’intéresse, c’est ce qui est puissant est vrai. 

Rencontre entre photographie et cinéma avec Raymond Cauchetier

Raymond Cauchetier a été photographe sur plusieurs film de la Nouvelle Vague : A bout de souffle de Jean-Luc Godard, Jules et Jim de François Truffaut ou Adieu Philippine de Jacques Rozier...  Autant de photographies devenues très célèbres, que le photographe appelle des "photographies de travail", qui ont été exposes en avril et mai 2018 à Vannes Photos Festival. Âgé aujourd'hui de 98 ans, Raymond Cauchetier évoque cette partie de sa vie, avec modestie, humour et émotion : "Ces photos de travail sont devenues beaucoup plus intéressantes maintenant, parce qu’elles sont le reflet d’une époque, des témoignages précieux. Certaines photos restées près de cinquante ans dans les tiroirs de la production, reviennent à la surface aujourd'hui. J'en suis heureux et récompensé."  

À propos de la photo de Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg sur les Champs-Elysées, en 1959 pendant le tournage d'A bout de souffle de JL Godard :"Je conserve un souvenir très ému de ce tournage". 

Raymond Cauchetier dit aussi : "Le photographe n’avait absolument aucune initiative dans la prise de vue. Je photographiais ce qui était décidé par le réalisateur ou par le chef-opérateur. Je ne devais pas déformer l’esprit du film avec mon grain de sel personnel. Il fallait être transparent. Ce n’est pas mon point de vue qui compte, mais celui du réalisateur ou du chef opérateur."

Jeanne Moreau avec Jules et Jim sur le Pont de Charenton - 1961
Jeanne Moreau avec Jules et Jim sur le Pont de Charenton - 1961 / Raymond Cauchetier

RC : "C’était une photo parmi d’autres, qui est devenue symbolique. une course sur le pont de chemin de fer de la banlieue sud de paris. Je travaillais avec le rolleiflex, qui ne permettait de ne faire qu’une photo à la fois. Il fallait choisir un moment spectaculaire dans la course. Il y a eu quatre ou cinq prises pour le tournage, et donc quatre ou cinq photos."

Sur le tournage d' Adieu Philippine de Jacques Rozier en 1960
Sur le tournage d' Adieu Philippine de Jacques Rozier en 1960 / Raymond Cauchetier

C'est la photo préférée de Raymond Cauchetier prise sur le tournage d' Adieu Philippine de Jacques Rozier en 1960 : "C'était symbolique de la Nouvelle Vague. Personne ne savait ce qu’on devait faire. On improvisait à chaque instant. Le résultat était déconcertant et émouvant".

"C’est une photo faite dans le port de Calvi en Corse. il y avait une jetée qui s’avançait en mer; une 2 CV avançait sur la jetée; dans une autre voiture, nous suivions la caméra en essayant de photographier ce qui se passait. Les machinistes dégonflaient les pneus de la 2 CV pour que les aspérités du sol ne provoquent pas de chaos à l'image, pour que celle-ci reste fluide."

Rencontre entre photographie et mode avec Peter Lindbergh

Peter Lindbergh est né en 1944 en Pologne. Rencontre près de la plage de Deauville. 

Ses modèles sont la plupart du temps des femmes - mannequins et actrices. Peter Lindbergh bouscule les normes de la photographie de mode à une époque où on retouche exagérément les images.

Jeanne Moreau, Paris, 2003
Jeanne Moreau, Paris, 2003 / © Peter Lindbergh (courtesy Peter Lindbergh, Paris)

Peter Lindbergh au micro de Brigitte Patient : "Jeanne Moreau, un personnage magnifique. Il y a une longue histoire avec cette photo. Je souhaitais la mettre en couverture d'un de mes bouquins. Je suis allé chez elle pour lui montrer la photo. Je lui ai dit: "voilà Jeanne, seulement je ne peux pas la retoucher, il faudrait la laisser comme ça". Elle a mis sa main sur la mienne,  et avec sa voix si ... , elle m'a regardé, elle m'a dit: « mais mon Peter, mais que veux-tu retoucher?  ». Au milieu de l’hystérie photoshop, c’était un vrai vent de fraîcheur !"

"Je crois qu’on ne peut pas apprendre la photographie. On peut sentir un besoin de s’exprimer, et on trouve la photographie ou la peinture ou autre chose." 

Et aussi : "On peut montrer cinq, six ou sept émotions en même temps sur une même photographie. 

Naomi Campbell, Deauville, 1988
Naomi Campbell, Deauville, 1988 / © Peter Lindbergh (courtesy Peter Lindbergh, Paris)

"On entend souvent cette phrase à propos d'une photographie  « quelle belle photo; c’est vraiment lui  ou elle » : c’est ridicule ! Une photographie ne peut pas exprimer quelqu’un complètement. On peut photographier un moment d’une personne. Ça se crée dans un espace entre entre le modèle et le photographe, un espace qu'il faut mettre en place. Ce qu’on voit c’est la relation entre ces deux personnes, à ce moment précis."

A voir, à lire

  • Peter Lindbergh  

Peter Lindbergh, une vision différente de la photographie de mode, éditions Taschen 

Shadows on the wall (portraits de comédienne), éditions Taschen 

Berlin, éditions Louis Vuitton : promenade photographique à travers Berlin, donnant à voir portraits et paysages avec une notice critique sur le travail de l’artiste

Le film « Everywhere at once » sorti en 2008 réalisé par Peter Lindbergh et Holly Fisher, avec la voix de Jeanne Moreau. (disponible gratuitement sur le site de Peter Lindbergh, ici)

Le site de Peter Lindbergh

  • Raymond Cauchetier

« EXPOSITION ICONES de la nouvelle Vague aux années 70 », une exposition de photos de Georges Pierres et Raymond Cauchetier, à Paris jusqu’au 20 septembre 2018, à la Galerie Joseph (16 rue des Minimes 75003 Paris  Tél : 01 42 71 20 22 ) Cette exposition est produite par Vandartists en partenariat avec la Galerie Joseph.  

Le livre Photos de cinéma : autour de la nouvelle vague : 1958-1968, paru en 2007,  avec des textes de Marc Vernet, est disponible aux éditions Image France

Le site de Raymond Cauchetier

Disques

  • Françoise Hardy et Jacques Dutronc, "Puisque vous partez en voyage"
  • Jeanne Moreau, "India Song"
  • L'Impératrice, "Erreur 404"
  • Raymond Cauchetier a été photographe sur plusieurs film de la Nouvelle Vague : 
Les invités
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.