Le photographe Patrick Willocq, autodidacte, passionné par l'Afrique, traduit les rituels africains en images, avec humour, poésie et tendresse. Explorons avec lui ses mises en scènes artistiques, une écriture photographique si singulière ...

Patrick Willocq
Patrick Willocq

Un seul doigt ne peut soulever une pierre

Ce proverbe du Ghana donne son titre à une série de photos de Patrick Willocq réalisée à Yendi (Région Nord du Ghana), qui représente les traditions et les rituels des Dagomba. Six mises en scène élaborées qui témoignent de ce dicton pour aider à comprendre comment l'histoire et les traditions ont façonné les réalités actuelles et les défis à venir. 

Pour définir sa photographie, Patrick Willocq dit: "C'est de la mise en scène... une mise en scène documentaire artistique".  C'est au sein du peuple Ekonda en République Démocratique du Congo, qu'il élabore la majorité de ces scènes rituelles. 

"Dans la forêt équatoriale de la RDC, certaines femmes pygmées, mères pour la première fois, vivent recluses avec leurs enfants au milieu d'autres femmes chargées de leur bien-être. On les appelle les "Walés" (femmes qui allaitent). Pendant ce temps de réclusion, elles doivent créer un spectacle de danses et de chants pour le grand jour : leur libération. Depuis plusieurs années, je traduis les chants des Walés en images, au plus près du vécu de ces jeunes mères, actrices très complices de ma démarche, et tente ainsi de percer les mystères de ce rite initiatique ô combien symbolique"

Asongwaka s’envole
Asongwaka s’envole / Patrick Willocq
L’histoire de Tahozié, le grand père des Dagombas
L’histoire de Tahozié, le grand père des Dagombas / Patrick Willocq

Raconter tel un conte de fée une histoire tragique : celle de ces enfants qui ont dû quitter leur pays, marcher en pleine nuit pour venir se réfugier en Tanzanie.

Les enfants du camp de Nyarugusu en Tanzanie, réfugiés du Burundi
Les enfants du camp de Nyarugusu en Tanzanie, réfugiés du Burundi / Patrick Willocq

Eléments biographiques 

Né en 1969 à Strasbourg, Patrick Willocq vit et travaille entre Paris, Hong Kong et Kinshasa. Photographe autodidacte, il a vécu plus de trente cinq ans à l’étranger dont sept ans en République Démocratique du Congo. C’est un voyage de retour au Congo (où il a grandi) en 2009 qui a fait de lui un photographe à part entière. En 2012, il décide alors de quitter les activités professionnelles qu’il menait depuis vingt ans pour le compte de multinationales en Asie-Pacifique, pour se consacrer pleinement à la photographie, un engagement depuis trente ans.

Depuis 2012, ses travaux ont été nominés, finalistes ou lauréats de 13 prestigieux prix internationaux dont SFR Jeunes Talents Paris Photo 2012, Prix Photo de l’Agence Française de Développement 2012, Prix Découverte des Rencontres d’Arles 2014, Deutsche Börsce Photography Prize 2014, Prix Coup de Cœur HSBC pour la Photographie 2016, Sony World Photography Awards 2016, Prix Niepce 2017, Leica Oskar Barnack Award 2014 et 2017.

Patrick Willocq
Patrick Willocq © Radio France / Brigitte Patient

ACTUALITES

  • Exposition  "Mon histoire, c'est l'histoire d'un espoir", projet réalisé dans le village de Saint-Martory en Haute-Garonne,  est exposé à Arles, à la Fondation Manuel Rivera Ortiz, tout l’été , dans le cadre du programme associé des Rencontres d’Arles  (3 juillet-23 septembre)
  • Livre - Songs of The Walés disponible en anglais chez l’éditeur Kehrer Verlag 
  • le site de Patrick Willocq : https://www.patrickwillocq.com/ 

LES DISQUES

  • M, "Une âme"
  • Ben Harper & Charlie Musselwhite, "Found the one"
  • L, "Tant pis"
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.