Chers amis, ce ne sont ni un ni plusieurs remèdes qui nous sont prodigués ce dimanche, mais un tourbillon ! Un jaillissement de joie, des vapeurs de rire, des pépites de folie ! La vie ! V. I. E ! La Vie ! Biyouna, vous savez si bien apaiser nos petits cœurs chiffonés ! Inch’Allah, on se revoit bientôt !

Biyouna, chanteuse, danseuse et actrice algérienne

Biyouna
Biyouna © France Info

A 17 ans, elle danse et chante déjà dans des cabarets d’Alger. En 1973, elle est remarquée par le réalisateur Mustapha Badie . Cette rencontre sera l’occasion pour Biyouna d’obtenirun premier rôle dans un téléfilm intitulé La grande maison et de devenir célèbre. Elle tounera ensuite 2 films pour le cinéma algérien, tout en se produisant dans des one-woman-show. En 1999, elle quitte l’algérie pour la France, où elle apparaît dans le film Le harem de Madame Osmane de Nadir Mokneche. On la verra ensuite dans Viva Laldjerie en 2003. Mais entretemps, en 2001, Biyouna sort un album Raid Zone , réalisé avec John Bagnolette etparticipe au spectacle de Fellag Opéra d’Casbah , mis en scène par Jérôme Savary. En 2005 sort un nouvel album, Une blonde dans la casbah , qui fait la part belle au répertoire franco-algérien.En 2007, elle retrouve Nadir Mokneche pour le film Délice Paloma et se lance dans le théâtre en 2007 en jouant dans la pièce Electre de Sophocle, aux côtés de Jane Birkin . En 2009, elle a le rôle principal dans La Célestine au Vingtième Théâtre. En 2011, elle revient au cinéma dans le film La source des femmes de Radu Mihaileanu. Puis, en 2012, 1er spectacle en solo au théâtre Marigny, mis en scène par Ramzy.

Les Remèdes de Biyouna

"L’insolence de sa beauté", Guy des cars

Christophe, "La man".

Patricia Carli, "Demain tu te maries"

Warda El Djazaïria, la diva algérienne

La philosophie du Mektub.

Voir les gens heureux me rend heureuse.

Fellag

Elie Kakoue

Gad Elmaleh

Le tagine « à sa façon »

Des spécialités italiennes faites maison: raviolis, lasagnes.

La Joconde.

Là où il y a le soleil. La Corse.

La chose à éviter à tout prix

La déception, l’ingratitude. Les hypocrites. Les mauvaises gens.

La gourmandise fantôme d'Eva Bester

Le miniaturiste algérois Mohamed Racim. Pour voir quelques-uns de ses tableaux c'est ici !

__

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.