Parmi les excentricités de l'écrivain-voyageur Sylvain Tesson, on peut évoquer un tour du monde à vélo, un parcours en Asie centrale à cheval et quelques ascensions de cathédrales.

Sylvain Tesson
Sylvain Tesson © Yves Tennevin

Les remèdes de Sylvain Tesson

Des lieux :

La campagne nivernaise

Le refuge Gramusset, sous la Pointe Percée dans les Aravis (Alpes)

Lorsqu’il est arrivé au sommet des Drus par la voie qu’on appelle la « directe américaine » (Alpes)

Les rives ensauvagées du Tibre à Rome, envahies de buissons, de ronces et de gens étranges

La réserve Baïkal-Lena sur la rive ouest du lac Baïkal (Sibérie)

Son arrivée à pied à Lhassa, capitale du Royaume du Tibet.

Des mets :

Le miel, la bière, les noix, le beurre (tous ces mets qui donnent l’impression de goûter le soleil)

Les baies (liées à des souvenirs d’itinérance)

La chanteuse Alla Pugatcheva surnommée « la prima dona », en particulier la chanson « Iz Akna »

Des activités : l’escalade, l’alpinisme, l’écriture de son journal

Des livres :

Noces d’Albert Camus, Gallimard, [1950], 1993

La Cabane dans la vigne d’Ernst Jünger, traduction d’Henri Plard, Editions Christian Bourgois, 1980

Les aphorismes de Lichtenberg, de Jules Renard, d’Alexandre Vialatte, d’Ylipe

Jacques Villeret imitant un film d’Ingmar Berman, 1975

Des films :

L’Enfer de Claude Chabrol, 1994

Douze Hommes en colère de Sidney Lumet, 1957 avec Henry Fonda

Des paysages de la mélancolie : les tableaux de Caspar David Friedrich, d’Ivan Chichkine, les gravures d’Alfred Kubin

Une citation :

« Vivre selon le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté » (inspirée de Gramci)

Pour se noyer dans la tristesse

La chanson « Rien ne va » de Vladimir Vyssotski, traduite en français par Maxime le Forestier

La Gourmandise d’Eva Bester

Le personnage de la littérature enfantine russe Tchebourachka, tiré d’une histoire de l’écrivain Ouspenski

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.