"Dumbo" d'après une histoire d'Helen Aberson, Pieter Brueghel, Joey Ramone, Thomas Bernhard, Maurice Blanchot, l'amour, l'hôtel des Roches Noires, Françoise Hardy, une omelette, un bubble tea, Teresa Stich-Randall... Retrouvez les remèdes de notre invitée !

Sarah Chiche, avril 2019
Sarah Chiche, avril 2019 © Getty / Eric Fougere - Corbis / Contributeur

Sarah Chiche est écrivain, psychanalyste et psychologue clinicienne.

La mélancolie est "le cœur littéraire" de son écriture et "un enjeu intellectuel et professionnel". Elle l’a explorée – entre autres – dans Personne(s), publié aux éditions Cécile Defaut en 2013.

Elle écrit régulièrement pour Le Cercle Psy et Le Magazine littéraire.

Son dernier livre : Les enténébrés, paru aux éditions du Seuil (2019)

La mélancolie [...] m'a recouverte de son ombre et m'a déposée dans un berceau de ténèbres

Les remèdes de Sarah Chiche

  • Dumbo des Studios Disney d'après une histoire d'Helen Aberson (1941)
  • Le tableau Jeux d'enfants de Pieter Brueghel (1660)
  • What a wonderful world par Joey Ramone (2002)
  • Lecture d'un extrait du roman Des arbres à abattre de Thomas Bernhard (1987)
  • La citation extraite du récit L'arrêt de mort de Maurice Blanchot (1948) :
  • « Moi-même, je n'ai pas été le messager malheureux d'une pensée plus forte que moi, ni son jouet, ni sa victime, car cette pensée, si elle m'a vaincu, n'a vaincu que par moi, et finalement elle a toujours été à ma mesure, je l’ai aimée et n’ai aimé qu’elle, et tout ce qui est arrivé, je  l’ai voulu, et n’ayant eu de regard que pour elle, où qu’elle ait été et  où que j’aie pu être, dans l’absence, dans le malheur, dans la fatalité  des choses mortes, dans la nécessité des choses vivantes, dans la  fatigue du travail, dans ces visages nés de ma curiosité, dans mes  fausses paroles, dans mes serments menteurs, dans le silence et dans la  nuit, je lui ai donné toute ma force et elle m’a donné toute la sienne,  de sorte que cette force trop grande, incapable d’être ruinée par rien,  nous voue peut-être à un malheur sans mesure, mais, si cela est, ce  malheur je le prends sur moi et je m’en réjouis sans mesure et, à elle,  je dis éternellement : « Viens », et éternellement, elle est là. »
  • L'amour, le faire, beaucoup
  • Son endroit refuge : l'hôtel des Roches Noires à Trouville, qui a été le lieu de villégiature de Marcel Proust et de Marguerite Duras
  • La chose à éviter : une vieille chanson de Françoise Hardy en mangeant de très grosses quantités de fromage, une nuit d'hiver, dans une ville de bord de mer
  • Une omelette nature pas trop cuite, à sept heures du matin, dans l'arrière-salle d'un café, après une nuit blanche, de solitude joyeuse
  • Un bubble tea, une boisson taïwanaise, partagée avec une amie
  • La musique baroque à travers la voix pure de la cantatrice américaine Teresa Stich-Randall interprétant Jesu, komm in meiner Seele (Jésus vient dans mon âme), l'aria de la cantate de Telemann, Machet die Tore weit 

La gourmandise d'Eva Bester

Le personnage de Paul Vallagnosc, dans Au bonheur des dames d’Émile Zola (1883)

La programmation musicale

  • Christine and the Queens - Les yeux mouillés (2018) (Album Chris)
  • Joey Ramone - What a wonderful world (2018) (reprise)
  • Foals - Exits (2019) (Album Everything not saved will be lost)

Première diffusion de cette émission le 19 mai 2019

Les invités
  • Sarah ChicheEcrivain, psychologue clinicienne et psychananlyste
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.