"Tombe les filles et tais-toi" de Herbert Ross, répéter une chanson à plusieurs voix, Sénèque, Fellini, Anaïs Nin, David Bowie, Nat King Cole, Camille Claudel, Vermeer, relativiser ses propres problèmes... Retrouvez tous les remèdes de notre invitée !

Elsa Lepoivre à la soirée des Molière en 2017
Elsa Lepoivre à la soirée des Molière en 2017 © Getty / Bertrand Rindoff Petroff

Elsa Lepoivre se découvre très tôt une passion pour la comédie.

Elle fait ses classes à l’Académie théâtrale Pierre Debauche, puis entre au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique.

En 2003, elle rejoint la Comédie-Française et deviendra la 516e sociétaire.

Elsa Lepoivre ne se contente pas de jouer dans de nombreuses pièces classiques, elle est également présente au cinéma sous la direction de Paul Vecchiali, Christophe Honoré ou Carine Tardieu.

En 2017, elle est récompensée du Molière de la meilleure comédienne pour son interprétation de la Baronne Von Essenbeck dans Les Damnés dirigés par Ivo van Hove. 

On a – entre autres – pu la voir dans La Tempête de Shakespeare, dans Les Ondes magnétiques de et par David Lescot et dans Fanny et Alexandre d'Ingmar Bergman par Julie Deliquet ou Lucrèce Borgia de Victor Hugo pour Denis Podalydès…

Comédienne talentueuse dans les rôles tragiques, dans la vie notre invitée est d’un naturel gai et enthousiaste.

Il y a des tristesses savoureuses

Les remèdes d'Elsa Lepoivre

  • Tombe les filles et tais-toi, de Herbert Ross
  • Répéter une chanson à plusieurs voix pour un spectacle
  • La citation de Sénèque : “Ce n’est pas parce que c’est difficile qu’on n’ose pas, c’est parce qu’on n’ose pas que tout devient difficile”, extraite de la Lettre à Lucilius
  • Les nuits de Cabiria de Federico Fellini, pour l’innocence et à la fraîcheur juvénile de Giulietta Masina (1957)
  • Entendre parler l'italien
  • Respirer le bon air marin à plein poumons
  • Se poser dans un lieu et regarder les gens passer
  • S'amuser à observer les animaux quand ils sont petits
  • Le feu, d'Anaïs Nin, journal inédit et non expurgé des années 1934-1937
  • The man who sold the world, de David Bowie (1970)
  • Quizas, quizas, quizas, de Nat King Cole (1958)
  • La Valse, de Camille Claudel (1883-1905)
  • La Laitière, de Vermeer (1658)
  • Aller voir un documentaire sur la Seconde Guerre mondiale par exemple, afin de relativiser ses propres problèmes
  • Voir le verre à moitié plein et non à moitié vide

La gourmandise d'Eva Bester

Le roman Misery de Stephen King (1987)

La programmation musicale

  • Philippe Katerine - Y' d'la rumba dans l'air (2017) (Album Souchon dans l'air)
  • Lee Fields and The Expressions - I'm coming home (2016) (Album Special Night)
  • David Bowie - The Man who sold the world (1970)

Première diffusion de cette émission le 18 juin 2017

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.