Vincent Macaigne
Vincent Macaigne © MaxPPP

Acteur, metteur en scène et réalisateur trentenaire, Vincent Macaigne, dont le joyeux capharnaüm d’Au moins j’aurai laissé un cadavre (2011) a été applaudi en Avignon, est un créateur-saltimbanque atypique. Il est cette année à l'affiche de trois films présentés à Cannes : La Fille du 14 juillet, 2 Automnes, 3 Hivers et La Bataille de Solférino.

Les Remèdes de Vincent Macaigne

Les films de Judd Apatow , et notamment :

Quarante ans toujours puceau (2005)

En cloque mode d’emploi (2007)

40 ans mode d’emploi (2012)

L’acteur Zach Galifianakis , notamment dans Very Bad Trip (2009)

L’émission Strip tease, en particulier « Délégation de très haut niveau » (2000) où le journaliste Philippe Dutilleul accompagne une délégation parlementaire belge en Corée du Nord, ou encore l’émission « J’aurai ta peau »

La bière , pour fêter la première d’une pièce de théâtre par exemple

L’amour et l’amitié, les projets collectifs

Les écrevisses fraîches pêchées en Sicile

Le roman L’Idiot (1869) de Fiodor Dostoïevski - vous avez entendu un extrait lu par Vincent Macaigne

Le film Nous nous sommes tant aimés d’Ettore Scola (1974)

Le tableau Champ de blé aux corbeaux de Vincent Van Gogh, peint en 1890, juste avant sa mort

La chanson « Sara perche Ti Amo » du groupe Ricchi e Poveri (1981)

Pour sombrer dans le spleen

« Pourquoi vit-on si mal à Paris ? » s’insurge-t-il

La chanson « Avec le temps » de Léo Ferré

La Gourmandise d’Eva Bester

Le film Walk Hard : The Dewey Cox de Jake Kasdan (2007) avec John C. Reilly, sur l’ascension fulgurante d’un simili-Johnny Cash

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.