C’était il y a deux ans dans une ville de Beyrouth qui avait recouvré la paix et peu à peu effacé les stigmates de la guerre… Il est 9 heures 30 du matin. Un 4/4 aux vitres fumées pénètre dans le quartier d’Hazmieh, à la périphérie de la capitale libanaise. Soudain, alors que l’auto se porte à la hauteur d’une Mercedes garée le long du trottoir, c’est l’explosion. Enorme ! Les deux voitures sont pulvérisées et brûlent aussitôt. Les quatre passagers du 4/4 sont tous morts. L’un a été projeté à cinquante mètres, le corps d’un autre a atterri sur un balcon au troisième étage d’un immeuble. De toute évidence la bombe qui se trouvait dans la Mercedes était télécommandée et elle a été actionnée à vue au passage du 4/4 par un homme qui se trouvait quelque part dans les immeubles de la rue. Celui qui était visé par cet attentat est rapidement identifié. Il s’appelle Elie Hobeïka. Les trois autres étaient ses gardes du corps. Hobeïka, ancien chef des milices chrétiennes, l’homme qui a sans doute présidé aux massacres de Sabra et Chatila et qui s’était refait une virginité en entrant au gouvernement libanais. Un personnage implacable qui s’était enrichi grâce à la guerre civile, avait été mêlé à de nombreux assassinats et avait fini par trahir les siens en prenant le parti de la Syrie… Autant dire que beaucoup de gens pouvaient avoir de sérieuses raisons de vouloir sa mort. A commencer par certains Israéliens qui pouvaient tout craindre des révélations que Hobeïka avaient promis de faire lors de sa prochaine audition par la chambre belge des mises en accusation, chargée d’instruire une plainte contre Ariel Sharon à propos des massacres de Sabra et Chatila. Alors qui ? Et qu’en était-il vraiment de sa responsabilité dans ces tueries qui ont provoqué la mort de plus d’un millier de réfugiés palestiniens ?

programmation musicale

Intik

Va le dire à ta mère label: Sony Musicparution: 1999### Nickodemus

Cleopatra in New York label: Putumayoparution: 2004### Claude Chalhoub

Oriental images label: Teldec

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.