Qu'est-ce qui a motivé le colonel suédois Wennerström à trahir son pays ? Pour le compte de qui ? Faut-il mettre en question les ambiguïtés de la "neutralité suédoise" durant la guerre ?

Un homme élégant et un peu snob qui a sans doute été le plus grand espion suédois. Il a causé bien des dommages importants à son pays, mais aussi au camp occidental tant il était un espion à plusieurs têtes. 

Il a rencontré plusieurs espions et appartenant à des camps tout à fait différents. C'est très vite que ce jeune officier suédois inexpérimenté trouve sa vocation d'espion et le goût de la dissimulation. 

En 1940, nommé attaché militaire adjoint à Moscou à l'ambassade suédoise, à une époque où nazis et soviétiques sont pratiquement alliés, il récolte des renseignements sur la capacité militaire de l'Union soviétique. Il fréquente régulièrement ses collègues diplomates allemands, éprouvant des affinités avec les représentants de cette armée allemande, il leur donne des renseignements en toute bonne conscience, communiquant à son gouvernement les mêmes informations. 

Dès que la Seconde Guerre mondiale éclate, la Suède proclame sa neutralité et échappe à l'occupation nazie, une neutralité sur laquelle il joue. Il aura accès à de nombreux secrets militaires, livrant aussi bien des informations aux Soviétiques, aux Allemands, qu'aux Américains, trahissant en premier lieu son propre pays. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.