Pour certains, c’était encore l’âge d’or de la guerre secrète. Une époque en noir et blanc. Un temps où les choses étaient claires : l’adversaire, bien identifié, se trouvait à l’Est et une frontière quasi imperméable séparait les deux mondes. Les maîtres espions, qui semblaient tout droits sortis d’un roman de John Le Carré, jouaient une interminable partie sur cet immense échiquier que traversait le rideau de fer. Et, parfois, lorsque les deux partenaires faisaient jeu égal, le pat se terminait dans la lumière glauque d’un pont qui séparait les deux mondes et où l’on procédait à un échange d’espions. Cette semaine, en écoutant Monsieur X, j’ai eu l’impression qu’il voulait ressusciter cette époque révolue. Il m’a en effet conté une étonnante affaire qui s’est déroulée en France dans les années 60… Une histoire en clair-obscur où, comme dans les meilleurs récits d’espionnage, les traîtres ne sont pas toujours ceux que l’on imagine. Ajoutons – et ce n’est pas moi qui l’affirme, mais l’un des anciens patrons de la DST– qu’à cette occasion, ce service est entré dans l’ère moderne du contre-espionnage. C’est dire l’importance de cette affaire pratiquement méconnue…

programmation musicale

Alain Bashung

Noir de monde album: - L'imprudence -label: Barclayparution: 2002### Rolling Stones

Don't stop label: Virginparution: 2002### Chris Evans

Cold sweat label: Rouge

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.