Il porte - ou plutôt il portait - un nom de dieu : Osirak ! La contraction d'Osiris, le grand dieu de la mythologie égyptienne et d'Irak ! Oui, l'Irak de Saddam Hussein ! J'ajoute que, très irrévérencieusement, les Israéliens l'ont aussi appelé " Ô-Chirac ", tant il semble acquis que ce réacteur nucléaire irakien doit beaucoup à notre actuel président de la République… Mais, comme dirait Monsieur X, n'allons pas trop vite ! Mon interlocuteur a récemment évoqué, à propos de la mystérieuse affaire du supercanon irakien, la volonté de Saddam Hussein de se doter d'un redoutable arsenal militaire… N'oublions pas, qu'avant le déclenchement de la guerre du Golfe, en 1990, les médias occidentaux présentaient volontiers l'armée irakienne comme la cinquième du monde ! Mais il faut faire naturellement la part de la propagande et de la désinformation. En tout cas, c'est vrai, le dictateur irakien avait accumulé un stock impressionnant d'armes balistiques, chimiques et bactériologiques… Et peut-être même nucléaires. La question du démantèlement de cet arsenal, déjà partiellement effectué par les inspecteurs de l'ONU, est au cœur de l'embargo qui frappe toujours l'Irak depuis 10 ans et maintient ce pays dans une misère extrême sans d'ailleurs entamer le moins du monde le pouvoir absolu de Saddam Hussein. Osirak, donc. La France a joué un rôle décisif dans la conception et la construction de ce réacteur qui, en principe, devait doter l'Irak d'une industrie nucléaire civile mais qui, à l'évidence, avait comme objectif réel de permettre au dictateur de Bagdad d'accéder à la possession de l'arme atomique. Vous le savez sans doute, Israël a ruiné les efforts de Saddam Hussein en détruisant Osirak avant même que le réacteur ne puisse produire le principe actif de la bombe, c'est à dire du plutonium… Mais l'affaire est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. Et, à la lumière des événements récents du Proche-Orient, elle prend une inquiétante actualité ! C'est pourquoi Monsieur X m'a proposé de rouvrir ce dossier et d'y ajouter son lot habituel de révélations…

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.