C’était il y a neuf ans. Neuf ans seulement. Depuis l’horreur des camps nazis, on n’avait jamais vu cela sur la terre de la vieille Europe… Un véritable génocide. C’est le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, qui s’est exprimé ainsi en parlant du massacre de Srebrenica. Rappelons que 7500 Bosniaques y ont trouvé la mort – je parle de ceux dont les corps ont été retrouvés – et que des milliers d’autres sont toujours portés disparus. Rappelons aussi que la force internationale onusienne, chargée de protéger ces Bosniaques était alors commandée par un général français. Ce qui pose forcément la question de la responsabilité de notre pays dans cette terrible affaire. Enfin, vous n’avez certainement pas oublié cette image spectaculaire : celle d’un autre général français, Philippe Morillon, monté sur un blindé et promettant solennellement à la population de Srebrenica assiégée par les troupes bosno-serbes qu’elle ne serait jamais abandonnée… Deux ans plus tard, c’était le massacre et la mise en œuvre à grande échelle de la sinistre purification ethnique. Si j’ai demandé à Monsieur X de revenir sur cette tragédie, c’est qu’elle comporte encore de nombreuses zones d’ombre, que les exécuteurs et leurs commanditaires courent toujours et qu’elle figure au centre de l’acte d’accusation de l’ex-président Slobodan Milosevic devant le TPI, le Tribunal pénal international de La Haye. Un tribunal qui a d’ailleurs entendu il y a peu de temps le général Morillon. Alors, qui sont les vrais responsables des massacres de Srebrenica ? Et pourquoi a-t-on laissé faire ? Ce sont quelques-unes des questions que j’ai posées à Monsieur X.

programmation musicale

Sylvia Howard

I wanna go somewhere... (close your eyes) album: BOF : "Ni pour ni contre (bien au contraire)", de Cédric Klapisch### Zugzwang

Das Ist Musik label: Eleganzparution: 2003### Arno

Le bon dieu album: Best Oflabel: Delabelparution: 1998

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.