« Vive le Québec libre ! » Personne, et surtout pas au Canada, n’a oublié la retentissante conclusion du discours du général de Gaulle prononcé au balcon de la mairie de Montréal… Comme un cri du cœur ! C’était en 1967. Et le voyage triomphal du président français au Québec avait fait sensation et allait durablement pesé sur l’évolution politique du Canada et de la « Belle province », comme on dit outre-atlantique. Encouragement aux sécessionnistes québécois, ingérence inacceptable dans les affaires d’un Etat étranger. Ou réparation de la faute commise au XVIII° siècle lorsque Louis XV a abandonné à l’Angleterre nos compatriotes installés au Canada ?… Quoi qu’on en pense, le coup d’éclat du général n’a pas laissé indifférent. Et ce n’est peut-être pas un hasard si trois ans plus tard, les indépendantistes du FLQ, le Front de Libération du Québec, sont passés à la vitesse supérieure et ont même assassiné un ministre qu’ils avaient préalablement enlevé. Et que penser de cette affaire mystérieuse et jamais résolue ? Le meurtre, en 1971, dans la banlieue parisienne, de l’un de ces militants québécois, un fléquiste, ainsi qu’on dit là-bas. Des militants qui, après la spectaculaire sympathie pour leur cause exprimée par le général, ont rejoint Paris. Mais qui pouvait avoir intérêt à tuer ce jeune homme exilé chez nous ? Etait-il dangereux ? Ou avait-il trahi ces amis séparatistes ? Ou encore, détenait-il des documents importants dont on voulait s’emparer ? Et pourquoi a-t-il été assassiné quelques jours avant la visite en France du Premier ministre canadien ? Monsieur X ouvre cet étrange dossier : l’affaire Mario Bachand !

programmation musicale

Robert Charlebois

Lindberg ### liens

Archives de Radio Canada

Archives de l'INA

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.