On a voulu faire croire à une histoire d’amour. Rien n’était plus faux. Si le roi d’Angleterre, Edward VIII a abdiqué en 1936, ce n’était pas seulement pour les beaux yeux de Wallis Simpson , une Américaine deux fois divorcée qu’il désirait épouser, mais parce que le gouvernement britannique voulait écarter un monarque qui avait beaucoup trop de sympathie pour l’Allemagne nazie et ses dirigeants.

Edward, Prince de Galles durant sa visite au Canada en 1919
Edward, Prince de Galles durant sa visite au Canada en 1919 © Archives nationales du Canada / Archives nationales du Canada

Telle semble être en effet la vérité, évoquée récemment dans un documentaire diffusé sur France 3 et même par un film à succès, "Le discours d’un roi" . Une réalité bien éloignée de l’image véhiculée sur le papier glacé des hebdomadaires qui, malgré leur slogan, attachaient plus d’importance au choc des photos qu’au poids des mots. Que de reportages illustrés, en effet, sur ce couple apparemment romantique qui traînait sa nonchalante et élégante détresse dans les palaces du monde entier, les terrains de golf ou tous les endroits à la mode fréquentés par la jet-set !

J’ai donc demandé à Monsieur X de m’éclairer. Car, nous allons le constater, les services secrets ont eu à connaître de ce dossier et ont même joué un rôle primordial dans le processus qui allait conduire à l’abdication d’Edward VIII, un souverain qui risquait de trahir son propre pays s’il était demeuré sur le trône. Enfin, et c’est un aspect curieux de cette histoire, il semble bien qu’un richissime Français, lui aussi très proche des nazis, ait été impliqué dans une affaire qui ne s’est pas arrêtée avec l’abdication du roi.

Wallis Simpson, 1936
Wallis Simpson, 1936 © Domaine Public / Auteur inconnu - Domaine Public
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.