" À complot permanent, terreur permanente ! " Cette formule, qui aurait pu être prononcée par Staline, était, semble-t-il l'une des maximes favorites d'un étrange leader africain, Sékou Touré… Pourquoi " étrange " ? Parce que le premier chef d'Etat de la Guinée, mort en 1984, est apparemment devenu un tyran sanguinaire dès qu'il est arrivé au pouvoir. Cet syndicaliste et député de l'Union française, pétri de valeurs républicaines, a donc changé radicalement et il a exercé pendant presque un quart de siècle une dictature sanglante sur son pays… Un pays qu'il disait menacé en permanence par des complots fomentés de l'étranger… Des complots dont l'existence justifiait, selon lui, la terreur qu'il faisait régner sur ses concitoyens… Qu'en était-il en réalité ? Monsieur X, il n'y a pas si longtemps, en me racontant les secrets de la tragédie biafraise, a mis en lumière le rôle de la politique occulte de la France en Afrique… C'est pourquoi je lui ai demandé à la fin de cet entretien s'il existait d'autres exemples aussi tristement spectaculaires… Il m'a répondu cette semaine. Et il m'a dit d'emblée : " En Guinée, nous avons fabriqué un dictateur ! Par conséquent, nous portons aussi la responsabilité d'une partie de ses crimes ! " Monsieur X voulait donc parler du dirigeant guinéen Sékou Touré… L'homme qui a dit non au général de Gaulle !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.