Années 60, période qui retrace l'ambiguïté des rapports entre le général de Gaulle et les États-Unis. La question de l'OTAN, ou Alliance Atlantique, fait débat. La Maison Blanche suit l'affaire avec attention et dispose d'une taupe pour l'informer, au plus haut niveau de notre diplomatie...

La Conférence de presse du Général Charles de Gaulle devant Georges Pompidou et Michel Debré le 21 février 1966 à Paris
La Conférence de presse du Général Charles de Gaulle devant Georges Pompidou et Michel Debré le 21 février 1966 à Paris © Getty / Keystone

La France, selon le désir de Nicolas Sarkozy, a regagné le commandement intégré de l’Alliance atlantique, 43 ans après la décision du général de Gaulle de s’en éloigner… Une décision qui n’était d’ailleurs pas un réel divorce mais exprimait simplement la volonté du président français d’afficher l’indépendance de notre pays en matière de défense, sans toutefois remettre en cause nos alliances traditionnelles. 

Si Monsieur X revient sur cette affaire, c’est qu’elle illustre clairement l’ambiguïté des rapports que la France a toujours entretenu avec les Etats-Unis. Un mélange de cordialité et de méfiance, d’amitié et de soupçon, traversé régulièrement par des crises : la dernière étant celle, ouverte par la décision de Paris, de ne pas participer à la guerre en Irak … 

Dans les années 60, la question de l’OTAN fait débat 

Washington ne se fait guère d’illusions. Dès le retour au pouvoir du général, on sait à Washington que le président français sera un allié incommode. Mais osera-t-il pour autant rebattre les cartes et, par exemple, se rapprocher de l’URSS ? La Maison Blanche suit l’affaire avec attention, elle qui dispose au plus haut niveau de notre diplomatie, d’une taupe qui l’informe semaine après semaine. Trahison d’un haut fonctionnaire pro-américain ? Ou, plus prosaïquement, volonté d’un diplomate atlantiste d’empêcher la catastrophe que serait pour lui la rupture avec les Etats-Unis ?

Monsieur X décrypte ce curieux épisode...

La "taupe" va informer la CIA sur la stratégie du général de Gaulle

La "taupe" est un informateur des États-Unis au Quai d’Orsay, le ministère des Affaires étrangères. Entre 1961 et 1967, responsable du service des pactes et des affaires spatiales qui voit passer tous les accords secrets au ministère des Affaires étrangères,la "taupe" va informer au jour le jour les services secrets américains sur les intentions du général de Gaulle. 

"Une précision. La nature même de sa fonction au Quai d'Orsay lui permet de fréquenter la crème des diplomates en poste à Paris. Donc, pas d'entrevues secrètes, de boîtes aux lettres mortes, comme dans toutes les affaires d'espionnage. Notre homme peut se rendre à l'ambassade américaine sans éveiller de soupçons."

Le retrait de la France du commandement de l'OTAN

"Par sa position, au ministère des Affaires étrangères, l'informateur apprit dès 1964 que de Gaulle envisageait de sortir la France du Commandement intégré de l'Otan, voire de l'Alliance atlantique elle-même. Le 21 février 1966 , lors d'une conférence de presse à Paris, Charles de Gaulle rend public le retrait de la France du commandement intégré de l'OTAN, tout en réaffirmant l'alliance avec les États-Unis. 

VOIR I Conférence de Presse du général de Gaulle : "La position de la France vis-à-vis de l'OTAN en 1966"

Par crainte que le Général n'aille trop loin dans cette rupture, il informa les Américains, et ce de façon très précise, quasiment heure par heure, avant l'annonce officielle du général de Gaulle le 7 mars 1966 aux Américains !

Il ne faisait pas ça pour l'argent, mais à ses yeux, par patriotisme. Et il continua à renseigner les Américains. En juin 1966, quelques jours avant la visite - très longue visite officielle - à Moscou que de Gaulle préparait depuis plusieurs mois, notre taupe avertit Washington des risques que la France noue une alliance "contre-nature" avec les Soviétiques..."

VOIR I 30 juin 1966 : Discours du général de Gaulle à Moscou

L'informateur du Quai d'Orsay devient ambassadeur de France à Buenos Aires en avril 1968. 

Des secrets si bien gardés...

Les notes rédigées par la taupe du Quai d’Orsay  figurent parmi la dizaine de milliers de documents inédits révélés dans le livre "_Des secrets si bien gardés_" du journaliste d'investigation Vincent Nouzille qui, pendant 5 ans, a écumé les archives de la CIA et celles de la Maison-Blanche, et des sept présidents américains qui ont gouverné les Etats-Unis de 1958 à 1981. 

Télégrammes rédigés par des conseillers de l’ambassade américaine à Paris sur la France et ses présidents, rapports d’experts du Pentagone, verbatim des entretiens présidentiels… Des documents longtemps classifiés qui éclairent d’un jour nouveau les relations franco-américaines : des plans d’installation du centre d’essais nucléaires de Mururoa à la santé des présidents français, jusqu’aux noms des ministres francs-maçons… 

Les Américains savaient tout ou presque grâce à leurs espions ou des informateurs comme Charles Hernu, qui, à la fin des années 60, en relation étroite avec un agent de la CIA à Paris, rédige des notes sensibles à destination de l’agence de renseignement. 

Mais qui est la "taupe" du Quai d'Orsay ?

Monsieur X. qui parle de l'informateur tout au long de cet affaire en le nommant "_Monsieur de_", sait bien de qui il parle, et c'est de notoriété publique. Jean de La Grandville ou plutôt Jean de la Chevardière de La Grandville était diplomate de carrière aux fortes convictions atlantistes...

Aller plus loin - les conseils de Patrick Pesnot

📖  LIRE | "Des secrets si bien gardés - Les dossiers de la Maison-Blanche et de la CIA sur la France et ses présidents, 1958-1981" de Vincent Nouzille paru aux éditions Fayard le 8 avril 2009 - Le Point a publié en exclusivité les bonnes feuilles de ces milliers de documents inédits.

▷ 📖  LIRE | "L'Amérique contre de Gaulle. Histoire secrète (1961-1969)" de Vincent Jauvert, éditions du Seuil, 2000

▷ 📖  LIRE | "La grandeur - Politique étrangère du général de Gaulle (1958-1969)" de Maurice Vaïsse, éditions Fayard, 1998

Programmation musicale

  • Lou Reed Berlin
  • Artie Shaw Begin The Beguine
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.