1ère diffusion le 9 février 2013

Prospectus jeté par l'aviation de la Coalition pour avertir les Irakiens de ne pas utiliser d'ADM - 24 février 2003
Prospectus jeté par l'aviation de la Coalition pour avertir les Irakiens de ne pas utiliser d'ADM - 24 février 2003 © US Navy Photo
Escroc au renseignement ! C’est une expression que Monsieur X a utilisée l’an dernier lorsqu’il nous a raconté l’histoire stupéfiante de **Curveball,** le nom de code d’un chimiste irakien qui a abusé les services secrets anglo-saxons avant la deuxième Guerre du Golfe. Curveball, et c’est une sorte de coup de génie dans la mystification, a en effet inventé l’existence des laboratoires mobiles dont aurait disposé Saddam Hussein… Ainsi on comprenait pourquoi les inspecteurs de l’ONU ne trouvaient nulle trace des **ADM, les Armes de Destruction massive,** dans les installations chimiques irakiennes… Il me faut quand même ajouter que les dirigeants américains et britanniques se sont laissés abuser avec une certaine complaisance, tant **George Bush Jr** et Tony Blair avaient envie qu’on leur fournisse des arguments, même douteux, pour justifier leur attaque contre Saddam Hussein… Mais selon Monsieur X – et c’est le sujet de notre entretien de cette semaine – il y avait **un deuxième escroc au renseignement** … Un homme qui a aussi joué sa partition dans la manipulation qui a précédé l’invasion de l’Irak par les troupes de la coalition. Et c’est d’autant plus intéressant pour nous que ce personnage a aussi tenté d’y impliquer nos services secrets. Mais quand le pot aux roses sera découvert, plusieurs mois après la chute de Saddam Hussein, l’affaire fera scandale ! Et d’abord en **Italie** , la patrie de ce deuxième escroc au renseignement… Puis aux états-Unis où même la Maison Blanche a été ébranlée…
Valerie Plame, mariée à Joe Wilson, employée à la CIA dont les activités furent dévoilées dans la presse en juillet 2003
Valerie Plame, mariée à Joe Wilson, employée à la CIA dont les activités furent dévoilées dans la presse en juillet 2003 © Hunter Kahn
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.