L’actualité de juillet 2009 l’imposait. L’actualité, c’est à dire le procès de ce que l’on a appelé « l’Angolagate » ou encore « l’affaire Falcone » du nom de cet homme d’affaires français qui a conclu un formidable contrat de ventes d’armes avec l’Angola. Mais un contrat qui, aux yeux de la loi, aurait été illégal et vaut aujourd’hui à une impressionnante brochette de personnalités de s’asseoir dans le box des accusés pour un procès qui va durer des mois ! J’ai donc demandé à Monsieur X de se pencher sur ce dossier sulfureux et, plus largement, sur l’implication de la France dans les affaires angolaises. Notre pays a en effet joué un rôle essentiel en Angola, ancienne colonie portugaise, qui ne faisait pourtant pas partie de son pré carré en Afrique, c’est à dire ce qu’on a appelé la Françafrique. Mais il y avait les gigantesques ressources pétrolières de l’Angola, principal producteur africain avec le Nigeria. Des richesses qui ont donné le tournis à une myriade d’hommes d’affaires et de politiciens de tout poil et ont engendré une atroce guerre civile qui s’est prolongée pendant plus d’un quart de siècle… Au beau milieu de ce désastre humain, la stature d’un homme émerge, celle de Jonas Savimbi, un dirigeant qu’un ancien chef de nos services secrets n’a pas hésité à qualifier de de Gaulle africain ! Savimbi est mort les armes à la main en février 2002 au cours d’un épisode qui ressemble à une exécution en bonne et due forme. Et là encore, des Français sont impliqués. C’est en tout cas la conviction de Monsieur X…

liens

Retrouvez les bibliographie et discographie de l'émission

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.