Rarement aussi joli nom n'aura symbolisé une telle tragédie, le Chemin des Dames... C'est le début de la guerre des tranchées. En avril 1917, le "Chemin des Dames", qui aurait dû être le nom d'une victoire, devient celui d'un échec sanglant. L'un des hauts lieux les plus tragiques de la Première Guerre mondiale.

Chemin des dames - 16 avril 1917. Deux soldats à côté d'un camarade mort dans le champ de bataille dévasté
Chemin des dames - 16 avril 1917. Deux soldats à côté d'un camarade mort dans le champ de bataille dévasté © AFP / Frantz Adam

Le Chemin des Dames... 

Une route empierrée qui flânait au pied des falaises calcaires de la vallée de l’Aisne et qu’empruntait autrefois le carrosse des deux filles de Louis XV et de leurs dames d’atours, lorsqu’elles allaient visiter leur bonne amie, Françoise de Châlus en son château de Bove. Ainsi passaient les belles dames de la Cour qui ont baptisé sans le savoir ce charmant chemin qui sillonnait entre bois et taillis. Et sans doute valait-il mieux oublier que des siècles plus tôt les reines Frédégonde et Brunehaut avaient réglé sur ce même vieux sentier, une querelle qui avait laissé au sol trente mille cadavres… 

Des dizaines de milliers de soldats allaient trouver la mort sur ce Chemin des Dames au cours de l’une des batailles les plus meurtrières de la Grande Guerre… 

Une véritable boucherie qui a marqué les mémoires pour toujours, illustrant à jamais les absurdités d’une guerre et les erreurs de commandement d’une caste militaire aussi obtuse qu’aveugle. Un engagement qui a aussi engendré les mutineries qui ont marqué l’année 1917 et forgé quelques mythes dont celui d’un certain général Pétain, sauveur de l’armée française et économe du sang de ses poilus… 

Monsieur X va exhumer quelques-uns des feuillets jaunis du dossier du Chemin des Dames...

Le 16 avril, à 6h du matin, les canons. C'est le début d'un gâchis inimaginable et d'un carnage qui ne l'est pas moins

"Rien ne poussera plus sur cette terre..."

... écrit le simple soldat Clerfeuille en évoquant le Chemin des Dames et les ravages de l’artillerie, deux semaines avant le déclenchement de la fameuse offensive du 16 avril 1917. Après deux ans et demi de guerre, et malgré la défiance de plusieurs généraux, le gouvernement soutient le plan du commandant en chef Nivelle : prendre le plateau du Chemin des Dames, percer le front et l’emporter.

Près d’un million d’hommes sont rassemblés pour cette immense opération qui eut des conséquences fondamentales sur le déroulement de la guerre et même au-delà en façonnant "le mythe Pétain" (celui qui redresse les erreurs de Nivelle). Car, dès les premières heures, la bataille se transforme en un épouvantable calvaire pour les soldats, confrontés à des positions allemandes en contre-haut, bien organisées dans un dédale de galeries et cavernes, insuffisamment détruites par l’artillerie : 135 000 hommes sont hors de combat en dix jours… Les assauts dans la boue et la neige, face à des pentes imprenables, transforment l’espoir en boucherie. 

▷ 🎧  ECOUTER I Cent ans après la bataille, François Hollande sera le premier chef d'Etat français à commémorer ce sombre épisode de la Grande Guerre. 14.04.2017

L’échec de l’offensive ouvre rapidement la voie à de nombreux débats et discussions et rend la mémoire de l’événement particulièrement trouble. D’emblée très gênante, la bataille ne parvient pas à être nommée : la "bataille du Chemin des Dames", la "seconde bataille de l’Aisne" ou "offensive Nivelle"… On nie d’abord l’échec évident du projet ; on écarte, on minimise l’événement dans l’écriture de la guerre, de nos jours encore, d’autant plus qu’il fut à l’origine des mutineries qui secouèrent l’armée française peu après. (Extraits Le Chemin des Dames de Nicolas Offenstadt)

▷ Aller plus loin

▷ 👀  VOIR I  Le Pantalon, téléfilm d'Yves Boisset (Sept d'or 1998) d'après le récit Le Pantalon d'Alain Scoff, Livre en poche, 1982

▷  📖  LIRE - Les conseils de Patrick Pesnot

Programmation musicale

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.