(Attention, en raison de l'actualité, l'émission ne commence qu'à 13h30. Aussi, pour écouter l'émission de la semaine, après avoir cliqué sur "écouter à la carte", il vous faut avancer le curseur d'un 1/3 dans la fenêtre de Real Player qui apparaît afin d'atteindre le début de l'émission.) Le légendaire Saladin, qui a chassé les Croisés de Jérusalem, est le plus célèbre d’entre eux. Les Kurdes, dont les ancêtres probables, les Mèdes, ont autrefois bâti un formidable empire, de la Perse à la Turquie actuelle. Un peuple turbulent et montagnard dont l’existence même est, aujourd’hui comme hier, au cœur de la question moyen-orientale et de la deuxième guerre du Golfe. Répartis sur quatre pays, la Turquie, l’Irak, l’Iran et la Syrie, les Kurdes n’ont pratiquement jamais été indépendants. Et pourtant, à la fin de la Première guerre mondiale, ils ont failli posséder un Etat… En effet, à la faveur du démembrement de l’empire ottoman, les vainqueurs ont envisagé la création d’un Kurdistan dans l’est de l’Anatolie et dans le nord de l’Irak actuel. Ils l’écrivent en toutes lettres dans le traité de Sèvres signé en 1920. Mais la signature de ce traité déclenche la fureur des nationalistes turcs. Mustapha Kemal, le père de la Turquie moderne, passe immédiatement à l’action. A la tête d’une armée réorganisée, il se bat à la fois contre l’armée française qui occupe la Cilicie au sud-est et l’armée grecque qui a envahi l’Anatolie de l’ouest. Les Grecs sont vaincus et chassés. Un nouveau traité, signé à Lausanne en 1923, consacre cette victoire. La Turquie est reconnue dans ses frontières actuelles. Et il n’est plus question du Kurdistan. Bien au contraire. Les Kurdes, qui demeurent le seul élément non turc de la nouvelle République, vont être turquifiés en masse. Ce qui ne les empêchera pas de se révolter régulièrement contre Ankara, mais aussi contre les autres Etats où ils sont installés… Cette situation perdure. Ajoutons enfin que le Kurdistan géographique est riche de très importantes ressources minières et surtout pétrolifères. Une richesse qui attire de nombreuses convoitises et qui n’est sans doute pas étrangère au fait que les puissances de la région n’ont jamais voulu que se crée un Kurdistan politique. C’est en tout cas ce que pense Monsieur X…

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.