C’est un personnage de roman… De roman noir ! Agent secret, escroc, éminence grise, tortionnaire, trafiquant de drogue, le Péruvien Vladimiro Montesinos a accumulé une gigantesque fortune avant d’être rattrapé par la Justice et écroué l’an passé. Non sans avoir tenté de passer à travers les mailles du filet en modifiant ses traits grâce à une opération de chirurgie esthétique. L’histoire de Montesinos, le Raspoutine péruvien, comme on l’a surnommé, jette une lumière crue sur ces pays d’Amérique du Sud, minés par la corruption et la violence, soumis et manipulés par leur grand voisin du nord. Elle éclaire aussi le long règne de celui que les Péruviens appelaient « le Chinois », le président d’origine japonaise, Alberto Fujimori. Montesinos a en effet été le conseiller influent, et même l’âme damnée, du président péruvien. Les deux hommes étaient inséparables. L’un gouvernait d’une main de fer et obtenait d’excellents résultats sur le plan économique ; l’autre agissait dans l’ombre, recourant aux pires méthodes pour assurer le pouvoir de son ami et associé. Mais qui était le mentor de ce duo ? Qui dirigeait vraiment le pays ? Fujimori ou Montesinos ? En septembre 2000, c’est le scandale ! La diffusion d’une cassette vidéo révèle une partie des activités obscures de Vladimiro Montesinos. Celui-ci s’enfuit. Deux mois plus tard, Alberto Fujimori se réfugie au Japon et démissionne. Et l’on découvre peu à peu l’étendue des exactions perpétrées par les deux complices. Mais qui a réellement fait tomber ce duo infernal. Et pourquoi ? Monsieur X se propose de répondre à ces deux questions.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.