Carte du Xinjiang ou Turkestan Oriental, Chine
Carte du Xinjiang ou Turkestan Oriental, Chine © Université de Laval (Canada) / Université de Laval (Canada)

On l’appelle la rébellion des parapluies… Cette révolte qui gronde à Hong Kong contre la tentative de mainmise de Pékin sur les fragiles institutions de l’ancienne colonie britannique. Mais, ailleurs, aux marches du gigantesque empire chinois, d’autres protestataires osent contester la toute puissance de l’état communiste… Au Tibet, bien sûr, où l’on observe toujours des immolations et où le pouvoir central peine à affirmer son autorité, malgré une imposante présence policière et militaire. Mais aussi dans une province dont on parle rarement, leXinjiang __ ! Le Turkestan orienta l, comme préfère l’appeler la population autochtone, car ce nom fait référence à son origine ethnique et historique. Mais on dit aussiUyghouristan, c'est-à-dire le pays des Ouigours … On verra pourquoi avec Monsieur X.

Situé au nord-ouest, le Xinjiang est un gros morceau de Chine : un sixième de sa superficie dont presque la moitié est constituée de déserts. Un territoire immense grand comme trois France. Mais qui n’est peuplé que de deux dizaines de millions d’habitants. Autant dire rien à l’échelle de la Chine… Et pourtant, cette province prend de plus en plus d’importance dans l’actualité chinoise car on impute aux Ouigours la plupart des actions terroristes qui sont perpétrés aujourd’hui en Chine. Dans le Xinjiang__ lui-même mais aussi à l’extérieur. Comme ce spectaculaire attentat-suicide qui a ensanglanté la place Tiananmen il y a un peu plus d’un an…

Pour aller + loin :

Fillettes sur le marché de Khotan/Hotan
Fillettes sur le marché de Khotan/Hotan © Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Spain / Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Spain

Les liens

Opposition politique, nationalisme et islam chez les Ouïghours du Xinjiang In L e s É t u d e s d u C E R I  N° 110 - octobre 2004, par Rémi Castets, professeur à l'IEP de Bordeaux

Asie-Pacifique : la priorité de la politique étrangère chinoise Un article d'Alice Ekman, chercheuse à l'FRI, dans la revue Politique Etrangère 3/2014

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.