L’ennemi public numéro 1 ! Pour les Américains, aucun doute : c’est Ben Laden ! L’incarnation du mal absolu… Et pourtant, c’est sur ce même homme que les États-Unis se sont appuyés pour recruter et armer des milliers de volontaires islamistes qui sont allés se battre aux côtés des moudjahidin afghans. Mission réussie : grâce à cette aide massive, les résistants ont tenu l’Armée rouge en échec et l’ont obligée à évacuer le pays en 1989. Peu après, l’empire soviétique s’écroulait… Pourtant ce précieux allié n’a pas tardé à se retourner contre ses protecteurs. Et, le 11 septembre dernier, les États-Unis étaient frappés dans leur chair. Responsable présumé, proclamé : ce Ben Laden qui avait autrefois collaboré efficacement avec la CIA et qui, au fil des ans, a construit un véritable réseau d’islamistes purs et durs, l’organisation Al-Qaida… La semaine passée, au cours de la première partie du long entretien que Monsieur X m’a accordé, nous avons essayé de comprendre pourquoi ce fils d’une richissime famille saoudienne avait décidé de devenir l’adversaire résolu des États-Unis. Je résume : jusqu’au retrait de l’Armée rouge, aucun problème : Ben Laden est un allié fiable, indispensable. Mais, une fois les derniers soldats soviétiques partis, les Américains se désintéressent apparemment, et nous le verrons, très provisoirement, de l’Afghanistan… Les moudjahidin se sentent abandonnés sinon trahis. Car leur combat continue contre le régime communiste qui est toujours en place à Kaboul et qui ne tombera qu’en 1992. Leur déception est à la mesure de leur sentiment de triomphe. N’ont-ils pas déjà fait plier l’une des deux superpuissances ? Oussama Ben Laden revient en Arabie saoudite. Et, comme lui, beaucoup de fondamentalistes musulmans qui se sont battus en Afghanistan au nom de Djihad, réintègrent leurs patries… Ces Afghans, ainsi qu’on va désormais les appeler, toujours liés à Ben Laden, vont être à l’origine de nombreux troubles. En Algérie, par exemple, ce sont ces hommes qui sont à l’origine de la création du GIA, responsable de toutes les tueries qui vont ensanglanter le pays. Ben Laden est accueilli chez lui en héros. Mais, très vite, malgré ses relations très étroites avec le prince Turki, chef des services secrets saoudiens, le chef d’Al-Qaida prend ses distances avec la famille royale. Principale raison : la présence sur le sol sacré de l’Arabie saoudite de dizaines de milliers de soldats américains mobilisés pour la Guerre du Golfe. Ses critiques devenant de plus en plus virulentes, Ben Laden doit s’exiler. D’abord réfugié au Soudan, le Saoudien va transformer son réseau en une organisation terro-riste, principalement dirigée contre les États-Unis. Mais, d’après Monsieur X, les choses ne sont pas aussi simples. Ben Laden continuera à être partiellement soutenu par l’Arabie saoudite. L’Arabie qui est pourtant un des alliés les plus fidèles de Washington !

programmation musicale

Axel BAUER

metamorphosis ### Paul Mc CARTNEY

Freedom ### MASSIVE ATTACK

Bacward sucking

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.