Portrait de Kim Jong Il
Portrait de Kim Jong Il © Demilitarized Zone of Korea 05.JPG: Photographed by Nicor. / Demilitarized Zone of Korea 05.JPG: Photographed by Nicor.

L’histoire est à peine croyable : pour vivifier et renouveler le cinéma de son pays, le dictateur nord-coréen Kim Jong-Il a tout simplement fait enlever deux stars sud-coréennes afin de les obliger à travailler pour lui ! Prisonniers, ces deux artistes n’ont pas eu d’autres choix que d’exercer leur art au service de la Corée du Nord. Et il leur faudra attendre de longues années avant de pouvoir échapper à leur geôlier ! Et de retrouver leur patrie.

Mais si cette affaire semble proprement insensée, il faut la replacer dans un cadre plus large : à plusieurs reprises, la dictature nord-coréenne a procédé aukidnapping de plusieurs citoyens du sud ou de Japonais . Afin, par exemple d’en faire des espions. Une pratique que les Nord-coréens ont longtemps niée avant, finalement, de devoir reconnaître du bout des lèvres leur culpabilité… Au moins en ce qui concerne les enlèvements de Japonais.

Monsieur X, a eu entre les mains un ouvrage étonnant qui retrace l’invraisemblable épopée de ce couple mythique de cinéastes sud-coréens, internationalement connu. Plaisamment intitulé "Une superproduction de Kim Jong-Il ", ce livre de l’Américain Paul Fischer propose un récit détaillé et précis de la tragique mésaventure de Choi Eun-hee et Shin Sang-ok. Monsieur X s’en est inspiré. Mais, dit-il d’emblée, si l’enlèvement de ces deux stars est particulièrement emblématique, il s’agit aussi d’une affaire qui ne doit pas masquer une réalité encore plus monstrueuse…

Pour aller + loin :

Les rapports mouvementés entre la Corée du Nord et le cinéma sont toujours d’actualité avec la comédie très potache «L’interview qui tue ! » (en anglaisthe Interview ) une superproduction hollywoodienne produite par Sony Pictures. Le pitch n’a pas du tout plu au pouvoir nord-coréen : deux journalistes américains chargés par la CIA d’assassiner le président Kim Jong-un. Ce dernier y est largement ridiculisé…. Deux mois avant la sortie américaine du film, Sony a subi une attaque informatique d’envergure, on a soupçonné la super élite des hackers du régime nord-coréen. Résultat, Sony a dans un premier temps annulé la sortie du film, puis décidé finalement de le distribuer en ligne et dans un nombre restreint de salles. Le film est sorti sur les écrans français en janvier dernier. Et paraît-il que ce n’est pas un chef d’œuvre !

Les liens

Le cinéma nord-coréen : arme de destruction massive ? Dans "Les Cahiers d'Histoire", 2007, un article d'Antoine Coppola, chercheur en cinéma à l’Université d’Aix-Marseille 1

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.