L'invasion de l'île de la Grenade - nom de code "Operation Urgent Fury" - est une opération militaire qui vit le débarquement à La Grenade, État indépendant situé dans les petites Antilles, d'une force militaire réunissant des soldats des États-Unis et de plusieurs nations des Caraïbes.

Invasion américaine à St Georges, Capitale de l'Ile de la Grenade, le 30 octobre 1983
Invasion américaine à St Georges, Capitale de l'Ile de la Grenade, le 30 octobre 1983 © AFP / AFP

L'Histoire ne se répète pas, elle bégaie... Difficile de ne pas penser à cette expression en ouvrant ce dossier vieux de tout juste vingt ans. Un dossier oublié, tombé dans les poubelles de l'Histoire. Et pourtant, comme il semble actuel aujourd'hui... Mais, comme dirait Monsieur X, n'allons pas trop vite.

C'était donc en octobre 1983. Au beau milieu de la crise des euromissiles et alors que la Guerre froide flambe à nouveau comme au temps du maccarthysme ou des procès staliniens... A Washington, le président Reagan ne parle de l'URSS que comme de l'empire du mal ! Et à Moscou, nous en avons parlé il y a peu de temps, le numéro un soviétique, Iouri Andropov, est persuadé que tôt ou tard, les forces de l'OTAN déclencheront une attaque nucléaire au-delà du rideau de fer. Et pour prévenir cette attaque, il a mobilisé l'énorme machine du KGB dont les agents, dans le monde entier, doivent en priorité noter tout ce qui pourrait apparaître comme un début de préparation de cette offensive nucléaire... Bref, jamais depuis la crise des fusées de Cuba, le monde n'est passé aussi près de l'apocalypse !

C'est dans ce contexte de tension extrême que les États-Unis envahissent soudain une petite île paradisiaque des Caraïbes, la Grenade. Un minuscule Etat indépendant qui est attaqué au mépris du droit international sous le prétexte que cette île est en train de devenir un nouveau Cuba... Et donc une menace pour les Etats-Unis, dont les premières côtes se trouvent pourtant à 2400 kilomètres de la Grenade.

Alors pourquoi cette invasion ? Que cache-t-elle ?

Programmation musicale

  • Serge Gainsbourg  La nostalgie camarade
  • Willy de Ville  Hey Joe

Bibliographie

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.