On ne privatise pas, on externalise ! Il en va donc de l’armée américaine comme de ces "call centers" (centres d’appels en français dans le texte) qui sont délocalisés à l’étranger… En Irak, en Afghanistan, les militaires privatisés sont aujourd’hui presque aussi nombreux que les soldats qui portent l’uniforme de leur pays. Des mercenaires recrutés par dizaines de milliers pour le plus grand profit des entrepreneurs qui les emploient et, disait Monsieur X la semaine passée, se paient grassement sur la bête. C’est à dire le contribuable. Ce phénomène en croissance constante touche pour l’instant en priorité le monde anglo-saxon. Mais on le verra dans la suite de cet entretien consacré au nouveau mercenariat, certaines entreprises françaises spécialisées dans la sécurité se verraient bien participer au partage de ce juteux gâteau. Et les autorités françaises, même si le mercenariat est réprimé par la loi, n’y seraient pas forcément hostiles. D’autre part, ces grandes compagnies privées lorgnent vers un marché qui pourrait être tout aussi profitable : celui du maintien de la paix ! C’est à dire la création de Casques Bleus privés qui, aux yeux des promoteurs très intéressés de cette proposition, remplaceraient avantageusement les contingents actuels, souvent issus de pays pauvres et donc insuffisamment équipés et entraînés. Et il faut déjà observer qu’une organisation qui regroupe un certain nombre de ces SMP, sociétés militaires privées, a entamé une intense action de lobbying en ce sens. Son nom : l’Association internationale des opérations de paix ! Défense de sourire ! Mais un autre secteur est aussi guigné par le privé, celui du renseignement. Et aux Etats-Unis, déjà, on observe une multiplication sans précédent des agences de renseignement… Et donc des informations recueillies. Ce qui, on va le voir, ne contribue pas toujours à apporter aux dirigeants états-uniens une vision claire des enjeux actuels et des menaces qu’ils doivent affronter. Enfin, cet appel de plus en plus important au mercenariat inquiète à plus d’un titre. D’abord en raison des bavures plus ou moins meurtrières provoquées par ces sociétés militaires privées. Et ensuite parce que les gains phénoménaux initiés par cette privatisation de la guerre n’incitent guère ces entrepreneurs à travailler à la résolution des conflits…

programmation musicale

Eric Neveux

I am calling long distance album: Persécution (BOF Patrice Chéreau)label: Unkle Productionsparution: 2009

Keren Ann

Les mercenaires album: La biographie de Luka Philipsenlabel: EMIparution: 2000

liens

Article de Marie-Dominique Charlier, Monde Diplomatique, février 2010

Intelligence Online, lettre sur le monde du renseignement

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.