On l’appelait, non sans une certaine crainte, le « général gris » ! Car l’homme faisait peur, même si, une fois de plus, la légende a eu raison de la réalité… Champion de l’anticommunisme aux manières d’inquisiteur, celui qu’on nommait aussi « l’Homme de l’ombre » a longtemps été considéré comme l’un des maîtres-espions du monde libre… L’énigmatique Reinhard Gehlen ! Le fondateur des services secrets de la RFA. L’adversaire le plus pugnace des services secrets de l’Est ! Mais cette réputation n’était-elle pas usurpée ? Car, en écoutant Monsieur X, vous aurez sans doute comme moi l’impression qu’en plusieurs occasions le terrible Gehlen a fait preuve de coupables négligences. Et même d’aveuglement. A moins que son passé d’officier nazi n’ait permis à ses ennemis communistes d’avoir prise sur lui… Ce qui expliquerait ces manquements. Une hypothèse, certes hasardeuse, mais qu’il ne faut pas négliger. Pourquoi, alors que certains de ses plus proches collaborateurs, tous issus de la nébuleuse nazie, ont accepté de gré ou de force de trahir, le « général gris » n’aurait-il pas lui aussi traversé le gué ? Monsieur X a donc décidé aujourd’hui d’évoquer l’histoire de l’un de ces hommes qui, après avoir travaillé de longues années auprès de Gehlen et bénéficié de son entière confiance, s’est révélé être un agent soviétique. Un certain Heinz Felfe, un espion qui a causé des dégâts considérables aux services occidentaux, mais qui, après avoir été démasqué, a précipité la chute de Gehlen. Un homme dont le destin reste encore aujourd’hui mystérieux.

Reinhard Gehlen
Reinhard Gehlen © DR

Les liens

retrouvez ici les bibliographie et discographie de cette émission

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.