Les parents de Jean-Claude Saint-Aubin n'ont jamais cru que leur fils de 22 ans avait été victime d'un banal accident de la route et soupçonnent l'armée de leur cacher la vérité. Les incohérences restent nombreuses. Jean et Andrée Saint-Aubin sont morts, broyés par la mort de leur fils, puis par la machine judiciaire.

Capture d'écran - Archive INA pour le documentaire "Accident volontaire" de Jacques Vigoureux sur F3
Capture d'écran - Archive INA pour le documentaire "Accident volontaire" de Jacques Vigoureux sur F3 © INA

Il y avait déjà longtemps que je voulais demander à mon interlocuteur hebdomadaire s'il connaissait tout ou partie de la vérité à propos de ce dossier. Et lorsque j'ai posé la question, il faut bien reconnaître que je ne l'ai pas senti très enthousiaste. Je n'en sais pas grand chose, mais c'est une affaire qui sent mauvais. Je n'ai rien pu lui arracher de plus. 

Toutefois, il a promis de faire des recherches et d'interroger ses amis, ses étranges amis, qui exercent encore ou  ont exercé comme lui des fonctions dans les services secrets. Cette semaine enfin, il a satisfait ma curiosité, mais tout au long de notre entretien, vous allez vous en rendre compte, Monsieur X. ne m'a pas semblé très à l'aise, peut-être même a-t-il escamoté une partie de la vérité. Avant d'écouter cet enregistrement, quelques explications sur cette affaire riche en rebondissements et en péripéties judiciaires. 

5 juillet 1964 - 7 heures du matin : une traction avant roule à bonne allure sur la Nationale 7, entre Puget-sur-Argens et Fréjus. La route est humide et sinueuse. Dans son rétroviseur, le conducteur aperçoit une Volvo, carrosserie noire et toit blanc. "On dirait une voiture de rallye", se dit l'automobiliste. Dans le rétro, l'image de la Volvo grandit très vite. Bientôt, l'auto noire et blanche est tout prêt derrière, sagement le conducteur se serre sur le côté droit de la route, la Volvo le double à grande vitesse. L'automobiliste a quand même le temps de noter que la voiture est immatriculée en Suisse, la Volvo, disparaît très vite de sa vue. 

Mais quelques kilomètres plus loin, au lieu-dit "Les Esclapes", l'homme aperçoit au loin une masse noire au bord de la route, de la vapeur ou de la fumée s'en échappe. Encore quelques dizaines de mètres et le conducteur de la traction découvre la Volvo qui l'a doublé, elle est encastrée dans un platane, le choc a dû être terrible. A l'intérieur, un jeune homme et une jeune fille, sa passagère, tous les deux sont très grièvement blessés. Ils mourront d'ailleurs en arrivant à l'hôpital.

🎥   Accident volontaire, séquence de l'émission Aléas de Jacques Vigoureux, 28 juillet 1993 sur France 3 / Archive INA. Reconstitution à base d'archives de l'Affaire Saint-Aubin.

L'automobiliste prévient les gendarmes. Ceux-ci ne sont guère étonnés, il y a tellement d'accidents sur cette portion de route. Et puis manifestement, au volant de ce bolide, le conducteur devait rouler trop vite. Il a dû être surpris, faire une mauvaise manœuvre, perdre le contrôle de son véhicule. Bref, à l'évidence, il s'agit d'un banal accident de la route, ce que va conclure rapidement, très rapidement, la justice. L'affaire Saint-Aubin commence. La vérité n'est toujours pas connue. Officiellement, en tout cas. 

📖.  LIRE I

🎥.  VOIR I

  • L'Affaire Saint-Aubin, une obsession de justice et de vérité, documentaire de Jean-Charles Deniau, diffusé en 2000 sur La Cinquième et sur Arte
  • L'Affaire Saint-Aubin, téléfilm de Jacques Vigoureux, série Vérités interdites, diffusé en 1985 sur TF1
L'équipe
Contact