Alliés du pouvoir et même complices, les paramilitaires ont peu à peu pris en main une grande partie du narcotrafic en Colombie et terrorisent le pays.

Carlos Castaño, commandant des Autodefensas Unidas de Colombia et trafiquant de drogue - Uraba,  2001
Carlos Castaño, commandant des Autodefensas Unidas de Colombia et trafiquant de drogue - Uraba, 2001 © AFP / STR

On l’a sans doute un peu trop oublié ces dernières semaines : les FARC, qui détiennent des centaines d’otages, ne sont pas le seul mouvement armé qui sévit en Colombie. Et je ne parle pas de la petite ELN, l’Armée de Libération nationale, une guérilla guevariste qui pratique aussi la prise d’otages mais semble en perte de vitesse… Non, je veux évoquer ici tous ceux que l’on classe sous le nom de «paramilitaires»… Des milices armées qui, en toute impunité, ont terrorisé le pays sous le prétexte de lutter contre les guérillas d’extrême gauche. Alliées du pouvoir et même complices de ce pouvoir, elles ont peu à peu pris en main une grande partie du narcotrafic. Et bien souvent, leurs confrontations armées avec les guérilleros des FARC ont d’abord eu pour objectif la conquête de nouveaux territoires dévolus à la culture des cocaïers. Plusieurs initiatives politiques ont permis d’aboutir à des démobilisations progressives (et très avantageuses) de ces unités paramilitaires qui sont responsables de milliers d’assassinats et de disparitions, mais à chaque fois, elles ont resurgi, toujours aussi meurtrières, toujours aussi cruelles. Malgré les scandales et malgré les enquêtes de certains magistrats et journalistes courageux. Des parlementaires, des hauts fonctionnaires, des politiciens appartenant à l’entourage du président colombien Uribe ont été mis en cause et emprisonnés. Le scandale de la parapolitique est dévoilée au grand jour. Sans autre dommage pour Uribe que ses concitoyens ont appelé « le président Teflon », le président sur lequel tout glisse… Mais, au moment où l’on ne cesse de découvrir de nouveaux charniers des victimes des paramilitaires, la Justice est loin d’en avoir terminé avec ce cancer qui continue à miner la société colombienne… Après m’avoir longuement parlé des FARC il y a quelques semaines, Monsieur X tente de percer quelques-uns des secrets de ces redoutables paramilitaires.

programmation musicale

Terry Keating & Warren Slye

Evil label: Hudson Music### Guafa Trio

Noches del Tolima album: Herencialabel: Daqui (harmonia Mundi)### Yuri Buenaventura

No estoy contigo label: Mercuryparution: 2005### liens

Le site de la Documentation Française

Le site de Laurent Laniel

Sommaire détaillé des "Cahiers de la sécurité" sur la Colombie###

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.