C'est une tache indélébile sur le drapeau de l'armée britannique qui a tiré sur des manifestants catholiques irlandais désarmés faisant 14 morts et de nombreux blessés.

Cette affaire demeure une plaie ouverte pour la plupart des Républicains de l'Ulster. Et qu'une véritable coexistence pacifique entre Catholiques et Protestants ne pourra pas durablement s'établir tant que la vérité sur le Bloody Sunday n'aura pas émergé.

Il faut aussi ajouter que ni le gouvernement de sa Gracieuse Majesté, ni les responsables de l'armée ne présenteront d'excuses aux familles des victimes ou aux blessés. Il faudra attendre 1997 pour que Tony Blair décide de rouvrir le dossier parce qu'il sait bien qu'une résolution du conflit nord irlandais ne peut pas faire l'impasse sur cette tragédie. 

Ce sont surtout des journalistes qui ont enquêté et lever le voile sur les mensonges des acteurs britanniques de cette affaire, militaires ou civils, journalistes, et bien sûr, les Irlandais du Nord. 

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.