Ce sont les Roms de l’Asie !Les Rohingyas ! Des victimes perpétuelles… Considérés dans le pays où ils vivent, la Birmanie , comme des sous-hommes dont on ne prononce pas même le nom… à tel point que depuis 1982, ces parias n’ont même plus de nationalité ! Ce sont donc aujourd’hui des étrangers dans leur propre pays. Expulsables, corvéables à merci. Et bien sûr, des proies toutes désignées pour les Birmans les plus extrémistes ou racistes qui peuvent les maltraiter et même les tuer dans une quasi-impunité… Et quelquefois avec le concours de l’armée.

Cette situation est d’autant plus scandaleuse qu’on l’observe dans un pays dont on pouvait penser qu’après avoir connu une longue dictature militaire, il évoluait vers un rétablissement progressif de la démocratie. Rappelons que laBirmanie, aujourd’hui rebaptisée Myanmar,est la patrie d’Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix et figure de la résistance à la junte militaire qui dirigeait le pays d’une main de fer. Or, il faut malheureusement constater que la « Dame », comme on l’appelle là-bas, n’a guère semblé s’émouvoir du sort qui est fait aux Rohingyas… Nous allons voir pourquoi avec Monsieur X.

Autre question troublante : les Rohingyas,de confession musulmane , sont victimes d’exactions exercées par des mouvements bouddhistes… C’est-à-dire par des fidèles d’une religion associée à la non-violence !

En attendant le récit de Monsieur X, une citation qui montre à quel point les Rohingyas sont l’objet d’un véritable rejet. Voici par exemple ce que déclare le consul général de Birmanie à Hong Kong : "Les Rohingyas ne sont ni un peuple du Myanmar ni un groupe ethnique du Myanmar. Vous verrez sur les photos que leur teint est « brun foncé ». Ils sont aussi laids que les ogres.. Le teint du peuple birman est juste et doux – prenez mon teint : typique, celui d’un vrai gentilhomme du Myanmar..."

Les liens

Birmanie : Mettre fin au « nettoyage ethnique » visant les musulmans rohingyas Rapport de Human Right Watch du 22 avril 2013

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.