C'était une sorte de provocation… Il y a quelques semaines, alors qu'une fois de plus, Monsieur X venait de m'étonner en me révélant la vérité - sa vérité, toujours surprenante - sur une affaire particulièrement étrange, je lui ai demandé s'il avait des lumières sur le dossier Mata Hari… J'avais en effet appris qu'une demande de révision de son procès venait d'être présentée au Garde des Sceaux. Et je trouvais l'initiative plutôt saugrenue ou étrange tant d'années après la mort de la danseuse. Une provocation, oui, car, franchement, que pouvait m'apprendre Monsieur X sur cette affaire, lui qui n'était même pas né lorsqu'en 1917 la célèbre espionne a été fusillée sur le polygone de tir de Vincennes ? Sur le moment, Monsieur X s'est contenté de sourire. Mais cette semaine, à ma grande surprise, il m'a proposé de rouvrir le dossier Mata Hari. Et lorsque je lui ai demandé s'il disposait d'informations inédites, il m'a révélé qu'un de ses vieux amis, un général, lui avait permis de consulter les archives, encore secrètes, du procès de l'ancienne danseuse. Un dossier qui ne sera accessible au public qu'en 2017, un siècle après la mort de Mata Hari. Disons-le tout de suite, l'affaire est troublante. Et après avoir entendu Monsieur X, je ne suis plus aussi sûr de trouver saugrenue cette demande de révision… Un mot encore : Mata Hari a toujours fasciné. Parce qu'elle a fait de son existence une légende. Parce que cette femme convaincue d'espionnage avait osé brisé le tabou de la nudité en exhibant son corps sur scène ou dans les salons les plus huppés. Les historiens, sérieux ou fantaisistes, les romanciers, bons ou mauvais (et plutôt mauvais que bons), les cinéastes ont tissé autour de cette existence un invraisemblable tissu de racontars et d'affabulations. Mais Mata Hari n'était-elle pas la première à construire sa vie sur un gros tas de mensonges ? Il reste que, malgré elle, elle est devenue l'archétype de l'espionne. Mata Hari, son nom d'artiste, est même devenu un nom commun désignant une femme fatale capable de toutes les traîtrises, alors même qu'il semble que, dans la réalité, elle ait été la moins efficace et la plus dérisoire des espionnes…

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.