James Bond a troqué son pistolet contre un ordinateur. Chacun le sait désormais, la véritable guerre secrète se déroule aujourd’hui sur le terrain économique.

L’espionnage change donc progressivement de nature. On s’affronte désormais à coups de virus informatiques ou de systèmes sophistiqués d’intrusion dans les mémoires électroniques. Une cyber-guerre mondiale qui mobilise les meilleurs cerveaux des services secrets et des organismes de sécurité. En France, qui n’est certainement pas le pays parmi les mieux protégés, ce sont mille attaques annuelles qui sont recensées. Mais combien d’autres passent inaperçues ! C’est pourquoi le Parlement devrait adopter prochainement une loi renforçant les procédures et les systèmes de défense existants.

Cependant, cette guerre économique souterraine qui a succédé à la guerre froide, peut prendre d’autres aspects. C’est ce que m’a raconté Monsieur X cette semaine en ouvrant le dossier de Gemplus, cette société française, leader mondial de la carte à puce, dont le trésor technologique a été l’enjeu d’une gigantesque batailleUn conflit franco-américain qui a aussi permis l’émergence chez nous d’un nouveau concept, celui d’intelligence économique, c'est-à-dire, selon un spécialiste, la maîtrise et la protection de l’information stratégique pour tout acteur économique…

Les liens

"Les enseignements de l'affaire Gemplus", par Nicolas Moinet Documentation Française, dans la revue "Problèmes économiques" : "L'arme de l'Intelligence économique", décembre 2004, n°2864

Mots-clés: