L'Homme au masque de fer est l'une des plus grandes énigmes de l'Histoire de France. Emprisonné à la Bastille à la fin du XVII° siècle, un homme au masque de fer, dont nul ne connaît l'identité, meurt en 1703. Pourquoi fut-il incarcéré ? Pourquoi ce masque ? et surtout qui était-il ? Mystère...

L'homme au masque de fer, gravure anonyme, 1789. Paris, musée Carnavalet
L'homme au masque de fer, gravure anonyme, 1789. Paris, musée Carnavalet © AFP / AGLILEO COLLECTION

"L'histoire"

Au cours des années 1680, des bruits sur l'existence d'un mystérieux prisonnier commencent à se répandre en France. Si les détails restent flous, le récit est saisissant : un homme à l'identité inconnue aurait été enfermé sur l'ordre du roi Louis XIV. Au-delà de son anonymat, il était contraint de porter un masque de fer, soustrayant ainsi son visage à tous les regards.

Selon une gazette de 1687, le prisonnier aurait été transféré dans la citadelle de Sainte-Marguerite, une petite île méditerranéenne au large de Cannes, sous la garde d'un ancien mousquetaire, Bénigne de Saint-Mars. Ils auraient tous deux vécu aussi dans les forteresses de Pignerol et d'Exilles, situées dans les Alpes. En 1698, le duo est de nouveau transféré, lors de la nomination de Saint-Mars comme gouverneur de la Bastille, à Paris. L'accoutrement du prisonnier mystérieux n'avait pas changé : dans ses mémoires, un agent de la Bastille décrit sa surprise lors de l'arrivée de son nouveau responsable avec un homme "toujours masqué et dont le nom n'est jamais prononcé". 

Le fort royal de l'île Sainte Marguerite où fut emprisonné le Masque de Fer dans les îles de Lérins, au large de Cannes, 1997
Le fort royal de l'île Sainte Marguerite où fut emprisonné le Masque de Fer dans les îles de Lérins, au large de Cannes, 1997 © Getty / Jean-Pierre BOUCHARD

Le point de départ de l'affaire est la mort, le 19 novembre 1703 à la Bastille, au terme d'une longue captivité, d'un prisonnier dont nul ne connaissait le nom, ni le motif de l'incarcération. La dépouille d'un homme d'une cinquantaine d'années est enterré au cimetière Saint-Paul de Paris, et ses effets personnels et ses habits sont brûlés à l'aube.

L'Homme au masque de fer, l'un des prisonniers les plus mystérieux de l'histoire française

L'Homme au masque incarnait le symbole de l'oppression et de la tyrannie aux yeux des penseurs des Lumières, l'incarnation même des pires vices du Roi Soleil, et devient, sous la plume de Voltaire, un symbole de l'absolutisme monarchique.

Voltaire aurait-il inventé le masque de fer en écrivant -"Le siècle de Louis XIV", édition 1751- dans lequel il évoque l'existence de l'inconnu de la Bastille ? Voltaire ne cesse de revenir sur cette histoire tout au long de sa vie, envahit par la pensée d'un secret d'État. Il décrit un masque de fer terrifiant. Dans un autre ouvrage "Questions sur l'encyclopédie", Voltaire affirme que le masque de fer était porté par l'inconnu de façon à cacher quelqu'un d'important. Plus tard, dans une nouvelle édition, Voltaire écrit que le prisonnier serait un frère aîné de Louis XIV, "batard" d'Anne d'Autriche... 

Alexandre Dumas s'empare de la description faite par Voltaire et s'en inspire pour un personnage secondaire dans son livre Le Vicomte de Bragelonne, publié en plusieurs épisodes de 1847 à 1850. Il émet presque la même hypothèse que Voltaire à une petite différence près, ce serait un frère de Louis XIV, mais un frère jumeau... 

Après la publication du célèbre récit d'Alexandre Dumas, les rumeurs au sujet du mystérieux prisonnier sont entrées dans la légende. Sa véritable identité continue toutefois de faire l'objet de nombreuses spéculations.

Plus tard, Marcel Pagnol donnera également cette version du frère jumeau dans un article. D'autres pensent qu'il s'agissait d'un Duc, d'un amant de la reine ou simplement d'un valet... Des historiens ont retenu deux hommes : Mattioli, un intrigant italien qui avait joué le double jeu dans une négociation secrète entre la France et le duché de Mantoue. Et Fouquet, le surintendant des finances qui avait eu le malheur de déplaire au roi et au célèbre Colbert qui le jalousait. 

La Version de Monsieur X

Un ami lui révèle l'existence d'un bouquin assez étonnant, publié dans les années 30 en un très petit nombre d'exemplaires. Un livre qui, paraît-il, donnerait la clé du mystère du Masque de fer... mais le livre est introuvable. Il découvre un bibliophile de la région de Limoges qui aurait peut-être le fameux volume mais l'homme lui dit qu'on a volé son exemplaire. Monsieur X part à Limoges à la rencontre du vieux monsieur qui cachait la vérité...

  • "Le secret du Masque de fer écrit dans ce livre était considérable"

"J'ai enfin mis la main sur le livre qui racontait l'histoire du médecin de la reine Anne d'Autriche et de sa famille. Ce médecin s'appelait Pardoux, Pardoux-Gondinet, et il était limousin. Il avait assisté à l'autopsie de Louis XIII et avait constaté de visu que le roi n'était en aucun cas physiquement apte à assurer sa descendance. Par conséquent, Louis XIV ne pouvait pas être le fils de Louis XIII, et ce n'était pas un "Bourbon".

Et le Masque de fer ? "C'était le gendre de ce médecin. Il avait trouvé l'autopsie dans les papiers de son père et en avait parlé à un ami, le célèbre La Reynie, lieutenant général du royaume, un policier qui ne plaisantait pas avec les secrets d'État. C'était le "viguier " (magistrat) de Saint-Yriex, un certain Marc de Jarrige de La Morélie, un homme qui, selon la chronique locale, a soudain disparu en abandonnant femme et enfants... Le document a été brûlé immédiatement, le gendre, arrêté dans la plus grande discrétion. Sa famille ne l'a jamais revu. Forcément... C'est lui, l'Homme au masque de fer !"

Et Patrick Pesnot ajoute : "Enfin, il semble qu'un livre "Le médecin de la Reyne", publié par un chercheur local ait été effectivement consacré à cette histoire. L'auteur, un certain Monsieur Vernadeau..."

De nouvelles sources  

Les Archives nationales de France ont les données relatives aux inventaires des biens et des papiers du geôlier de l’homme au masque de fer (l’un fait à la Bastille en 1708, l’autre fait en la citadelle de l’île Sainte-Marguerite en 1691). Ces documents qui avaient été cherchés sans succès depuis plus d’un siècle n’ont été découverts qu’en 2015.

"Des papiers trouvés à la Bastille nous apprennent que cette dénomination, "L'Homme au masque de fer", n'a jamais appartenu qu'à Louis de Bourbon, comte de Vermandois, fils naturel de Louis XIV, né le 2 octobre 1667, qui fut condamné à un emprisonnement perpétuel pour avoir, à l'âge de 16 ans, donné un soufflet au Dauphin. Pour envelopper ses traits d'un voile impénétrable, on lui couvrit le visage d'un masque de fer. C'est en 1683 que l'on place l'époque de sa détention. Ce malheureux Prince mourut à la Bastille en 1703 après une captivité de 20 ans dans différentes prisons".

Aller plus loin

Le mystère entourant l'existence de l'Homme au masque de fer, ainsi que les différents films et romans dont il a fait l'objet, n'ont cessé d'exciter les imaginations (liste non exhaustive) :

▷ 📖  LIRE 

▷ 👀  VOIR 

  • Le Masque de fer (1962) d'Henri Decoin, avec Jean Marais
  • L'Homme au masque de fer (1998) de Randall Wallace, avec Leonardo DiCaprio, Gabriel Byrne, Gérard Depardieu, John Malkovich, Jeremy Irons, Anne Parillaud...
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.